Plein écran
© afp

Trump s'oriente vers le recours à "l'urgence nationale" pour le mur

Le président américain Donald Trump a indiqué vendredi qu'il pourrait prochainement déclarer une "urgence nationale" pour contourner le Congrès et construire le mur qu'il veut ériger à la frontière avec le Mexique.

"Je pense qu'il y a de bonnes chances que nous devions faire cela", a déclaré M. Trump lors d'un échange avec des journalistes à la Maison Blanche à l'issue d'une réunion sur le trafic d'êtres humains.

Fera-t-il cette annonce à l'occasion de son discours sur l'état de l'Union mardi soir devant le Congrès réuni au grand complet? Sans répondre explicitement, le locataire de la Maison Blanche a clairement laissé entendre que cela pourrait être le cas. "Ecoutez attentivement le discours", a-t-il lancé dans un sourire.

Ne craint-il pas que cette décision soit immédiatement attaquée en justice? "Nous avons des bases juridiques très très solides", a-t-il répondu.

Pour sortir du "shutdown" le plus long de l'histoire américaine, Donald Trump a fini par céder fin janvier face à ses adversaires politiques en acceptant le financement temporaire des services fédéraux sans que le moindre dollar ait été débloqué pour le mur.

Mais le répit prendra fin le 15 février. D'ici là, les républicains - qui contrôlent le Sénat - et les démocrates du Congrès doivent trouver un compromis budgétaire de longue durée. Les discussions butent une nouvelle fois sur le financement du mur contre lequel les démocrates sont vent debout.

Réaffirmant sa conviction que les discussions en cours au Congrès étaient vaines, M. Trump a une nouvelle fois accusé ses adversaires de faire de petits calculs politiques au détriment de la sécurité nationale.

"Nous n'allons nulle part avec les démocrates", a-t-il lancé. "Ils veulent faire de ce débat un argument de campagne (pour la présidentielle de 2020) mais je ne pense pas que cela fonctionne politiquement".

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a réaffirmé jeudi qu'il n'y aurait "pas un sou" pour le mur dans la loi de financement qui sortira des négociations en cours.

Plein écran
© reuters
  1. Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas nié mardi sa collaboration avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration de l'époque, Theo Francken (N-VA), pour des "razzias" policières à Anvers visant certaines nationalités en fonction du nombre de places disponibles en centre fermé et de la destination des vols de rapatriement qu'il qualifie d'"Air Francken".
  2. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  3. Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”
    Play

    Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

    Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ.