Plein écran
Donald Trump, à la Maison blanche, ce 15 mars. © ap

Trump signe le premier veto de sa présidence pour financer le mur frontalier

UpdateLe président américain Donald Trump a fait usage vendredi de son veto pour bloquer une résolution adoptée par le Congrès et libérer en urgence des fonds pour la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique.

Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters

C'est la première fois depuis son arrivée au pouvoir, il y a plus deux ans, que M. Trump a recours à cette procédure.

"Le Congrès a la liberté de voter cette résolution et j'ai le devoir d'y opposer mon veto", a-t-il déclaré depuis le Bureau ovale. "Les gens n'aiment pas le mot invasion mais c'est bien de cela dont il s'agit", a-t-il ajouté en évoquant l'immigration clandestine.

Le président américain aurait tweeté "Veto!" immédiatement après le vote du Sénat sur la levée de l'état d'urgence à la frontière mexicaine. 

Le vote au Sénat
Le Congrès a infligé jeudi un véritable camouflet à l'ancien homme d'affaires new-yorkais en votant, avec l'appui de douze sénateurs de son propre camp, une résolution bloquant la procédure d'urgence qu'il a décrétée pour mener à bien l'une de ses promesses emblématiques de campagne.

Pendant plusieurs jours, M. Trump avait mis la pression sur les sénateurs républicains afin d'éviter ce revers. Il avait aussi tenté, sans convaincre, de justifier la constitutionnalité de sa décision de recourir à cette mesure d'exception pour obtenir quelque huit milliards de dollars pour la construction du mur.

Contourner le veto
Selon NBC News, la Chambre des représentants organisera un vote pour contourner le veto du président. Cela peut être fait en soumettant de nouveau la résolution au vote. Le veto est levé si les deux chambres du Congrès approuvent la résolution à la majorité des deux tiers.

  1. Charles Michel: “La poussée du Vlaams Belang montre que la Belgique n’est pas épargnée”
    Mise à jour

    Charles Michel: “La poussée du Vlaams Belang montre que la Belgique n’est pas épargnée”

    La poussée du Vlaams Belang en Flandre, si elle venait à se confirmer, "montrerait que la Belgique n'est pas épargnée par la montée en puissance des populistes extrémistes, comme c'est le cas dans d'autres pays européens", a réagi dimanche, sur la RTBF, le Premier ministre sortant Charles Michel (MR), préférant toutefois attendre le déroulement de la soirée électorale afin d'avoir plus de recul.
  2. Ça démarre mal pour les Belges: Alison Van Uytvanck déjà dehors
    Roland-Garros

    Ça démarre mal pour les Belges: Alison Van Uytvanck déjà dehors

    Première Belge en action sur les courts parisiens et première défaite: Alison Van Uytvanck espérait offrir au tennis belge sa première victoire dans le deuxième Grand Chelem de l’année, il faudra encore patienter. Après une entame de match catastrophique, la Belge avait corrigé le tir dans le seconde manche, mais elle s’est ensuite écroulée contre l’Espagnole Sara Sorribes Tormo. Elle s’incline en trois manches (6-1, 5-7, 6-2) et se concentrera désormais sur le double qu’elle dispute en compagnie de la Luxembourgeoise Mandy Minella. parisien. Un autre Belge entre en lice ce dimanche à Paris: David Goffin, qui affronte le Lituanien Ricardas Berankis.