Plein écran
© epa

Trump suggère d'envoyer des Canadairs, la Sécurité civile lui répond

Larguer de l'eau sur Notre-Dame de Paris pour éteindre les flammes n'est pas une option, a indiqué lundi soir la Direction générale de la Sécurité civile, car cela pourrait détruire le bâtiment en proie à un violent incendie.

"C'est si terrible d'assister à ce gigantesque incendie à Notre-Dame de Paris. Peut-être faudrait-il utiliser des bombardiers d'eau pour l'éteindre. Il faut agir vite", a tweeté M. Trump lundi soir. Toujours sur Twitter, la Sécurité civile française, qui gère la flotte des avions bombardiers basés à Nîmes, a précisé que le largage d'eau par avion sur ce type d'édifice pourrait en fait entraîner rien de moins que l''effondrement de l'intégralité de la structure. Mais aussi des dommages collatéraux sur les oeuvres contenues dans le bâtiment ainsi que sur les immeubles aux alentours. La configuration de la Seine est en outre inadaptée pour que les avions puissent se remplir d'eau.

Lydia Guirous, porte-parole du parti Les Républicains, a elle aussi dénoncé un "terrible manque de moyens adaptés, notamment aériens".

C'est un "feu difficile", ont indiqué les pompiers. Environ 400 d'entre eux sont mobilisés autour de l'édifice, selon le ministère de l'Intérieur sur Twitter.

Sur place, les secours tentent donc d'éteindre le feu à coup de lance à eau puissantes, juchés sur des bras articulés à plusieurs dizaines de mètres de hauteur.

Le feu, qui se propage extrêmement rapidement, a pris dans les combles de la cathédrale, ont indiqué les pompiers. Il semble être parti d'échafaudages installés sur le toit de l'édifice, construit entre le XIIe et le XIVe siècle.

L'incendie a déclenché une vague d'émotion internationale, et le président français Emmanuel Macron a annulé son allocution télévisée post-grand débat pour se rendre sur place.