Un chauffeur de bus bruxellois interpellé pour complot présumé

Les officiers de police de lutte contre le terrorisme britanniques ont arrêté, le 13 mai dernier à Folkestone, un chauffeur de bus bruxellois d'origine rwandaise, rapporte The Independent samedi. La police suspectait l'homme d'être impliqué dans un complot visant au meurtre de deux opposants du régime de Kigali résidant en Grande-bretagne.
 
Norbert Rukimbira, 43 ans, était à bord d'un bus Eurolines arrivant à Folkestone lorsqu'il a été pris à part par la police. Après une audition de six heures, la fouille de son bagage et la saisie d'une carte SIM, l'homme a été renvoyé d'où il venait.
 
Selon le journal, Rukimbira était officier des services des renseignements de l'armée rwandaise jusqu'en 1991 et a occupé des fonctions dans l'armée et la police durant 20 ans. Il a fui son pays en 2001 et est devenu chauffeur de bus à la STIB.
 
Son interception à Folkestone fait suite à une enquête de six mois concernant "des indications sûres" indiquant un possible complot contre deux Rwandais. Il s'agit de Rene Mugenzi (35 ans) et de l'opposant Jonathan Musonera. Contrairement aux dires du journal, M. Rukimbira a démenti vendredi avoir été impliqué dans un quelconque complot.
 
M. Rukimbira a expliqué au journal qu'il se rendait à Londres pour une conférence de la Conférence nationale rwandaise, un nouveau parti politique cofondé par son "frère" M. Musonera. Il aurait dû loger chez Musonera, un ami d'enfance et ancien camarade au sein du Front Patriotique Rwandais.
 
Rukimbira qui passe actuellement des tests pour devenir chauffeur de taxi estime qu'il a été victime d'une désinformation. "Je n'aurai pas porté une arme et pris le risque d'être recherché en GB. En tant qu'ancien des services secrets rwandais, cela aurait été une insulte à mes 20 ans d'expérience", a-t-il souligné à The Independent.
 
Le gouvernement rwandais a précisé pour sa part "qu'il ne menaçait jamais la vie de ses citoyens et n'utilisait pas la force contre son peuple où qu'il vit". Kigali a réclamé les détails de cette affaire à la police britannique. (belga)

  1. Incident raciste entre un policier et un passager dans un train Bruxelles-Liège: une enquête interne ouverte
    Play
    MISE À JOUR

    Incident raciste entre un policier et un passager dans un train Bruxel­les-Liè­ge: une enquête interne ouverte

    Un incident raciste a eu lieu dans la nuit du 15 au 16 octobre dans un train reliant Bruxelles à Liège. Une vidéo de l’altercation a été postée sur Twitter. On y entend très clairement un agent de la police des chemins de fer (c’est comme ça que l’homme se présente) dire à Joshua, un passager noir de nationalité belge, de “retourner à Kinshasa” si la façon de fonctionner en Belgique ne lui plaît pas. Il le répète plusieurs fois. Il finit par prendre une photo de Joshua, sans le prévenir, et précise: “C’est pour ma collection personnelle”. Joshua a réagi sur son compte Instagram @batgame dans la foulée de l’incident. Il dit “ne rien attendre” de personne mais constate que ce qui a été dit n’est pas normal. Nous l’avons contacté. Il nous donne sa version de l’histoire.