Un chauffeur du TEC conduit à l'hôpital une femme sur le point d'accoucher

VideoLa mère avait déjà perdu les eaux et se rendait à la maternité en transport en commun. Mais tout ne s'est pas déroulé comme prévu. Conscient de l'accouchement imminent de la passagère, le chauffeur du TEC Liège a alors pris ses responsabilités et s'est immédiatement rendu à l'hôpital le plus proche.

Christine a accouché de son sixième enfant dans des circonstances pour le moins exceptionnelles. Noémie avait en effet décidé de voir le jour un plus tôt que prévu et a surpris sa mère... dans un bus du TEC Liège-Verviers. 

Taxibus
Hervé, le chauffeur, n'a pas hésité, devant l'urgence de la situation, à se rendre le plus vite possible à l'hôpital le plus proche. Sans respecter son itinéraire habituel donc ni ses étapes imposées. Un choix évidemment assumé, confie-t-il dans un reportage de RTL info. Il avait repéré cette maman, "fort enceinte" et souffrante. 

Un hôpital trop loin
Christine avait en fait déjà perdu les eaux chez elle, dans la région de Huy, à une trentaine de kilomètres. Elle voulait néanmoins accoucher à l'hôpital de Liège "où travaille son gynécologue". Elle prend alors le train, puis le bus. Noémie ne se montrera finalement pas aussi patiente que sa mère.

Chauffeur-ambulancier
Le chauffeur a alors prévenu les quelques passagers de son véhicule qu'il ne s'arrêterait pas en chemin, pour atteindre la maternité à temps. Un réflexe "héroïque" naturel pour Hervé qui est aussi... ambulancier volontaire auprès de la Croix-Rouge. 

Le chauffeur a été félicité par sa hiérarchie pour son initiative.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.