Plein écran
© afp

Un jeune Palestinien tué par des tirs israéliens à Gaza

UpdateUn Palestinien de 16 ans a été tué vendredi par des tirs israéliens lors de manifestations et de heurts à l'est de la ville de Gaza, a indiqué le ministère de la Santé dans le territoire.

L'adolescent, Mohamed al-Jahjouh, "a été touché dans le cou par une balle des soldats israéliens", a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé Achraf al-Qodra.

L'armée israélienne a indiqué qu'environ 8.000 Palestiniens s'étaient rassemblés le long de la frontière, avaient brûlé des pneus et, en une occasion, lancé un engin incendiaire vers les soldats sans les atteindre. Elle a dit avoir ouvert le feu "selon les procédures opérationnelles en vigueur", sans plus de précision.

Quarante-six autres Palestiniens ont été blessés, dont deux journalistes et quatre membres des secours, selon Achraf al-Qodra.

La bande de Gaza, territoire sous blocus coincé entre Israël, Egypte et Méditerranée, a été le théâtre pendant des mois en 2018 d'une mobilisation appelée "Grande marche du retour" et de plusieurs accès de fièvre entre les groupes armés palestiniens et l'armée israélienne.

Au moins 236 Palestiniens ont été tués depuis le 30 mars par des tirs israéliens, la plupart lors de protestations et d'affrontements le long de la frontière, d'autres dans des frappes des chars ou de l'aviation israélienne.

Deux soldats israéliens ont été tués durant cette période.

Les tensions ont manqué déclencher une nouvelle guerre, mais sont considérablement retombées depuis la conclusion d'un cessez-le-feu le 13 novembre.

Israël se défend contre les accusations d'usage excessif de la force, accusant le Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza, de se servir de la mobilisation comme couverture pour des activités "terroristes".

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres à Gaza depuis 2008.

  1. Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Nadine W., 48 ans, risque deux mois de prison et une amende d’au moins 3.200 euros pour délit de grivèlerie le 28 avril dernier. Elle avait alors commandé une assiette de croquettes au fromage et un café pour une dizaine d’euros à la Casa Nostre, à La Panne, avant de quitter l’établissement sans régler la note. La femme n’en est pas à son coup d’essai. Elle est en effet connue des restaurateurs depuis des mois comme “le cauchemar de l’Horeca sur la côte”.