Un membre de Charlie Hebdo dénonce "le bal des faux-culs"

VideoGrand reporter à Charlie Hebdo, Laurent Léger n'était pourtant pas présent à la grande marche républicaine de dimanche dernier. L'homme se réjouit du soutien populaire mais dénonce les récupérations politiques.

Lundi soir, Laurent Léger était l'invité de l'émission "C à vous" sur France 5. Il est revenu sur la mobilisation exceptionnelle à travers toute la France la veille.

"C'était très compassionnel, très émouvant. C'était bien d'être soutenu. Je ne vais pas non plus jeter la pierre. Mais pour moi ça aurait été mieux de ne pas participer à cet élan qui était très, très politique. Et nous on ne veut pas participer à ce mouvement politique", dit Laurent Léger, qui n'avait "pas envie de serrer la main des ministres."

"Bientôt, on sera seul"
Malgré ça, il a aimé la mobilisation, l'émotion qu'elle a suscitée et le réconfort qu'elle lui a apporté. "C'est pour ça que je ne vais pas jeter la pierre à cette marche", avoue-t-il. "Mais c'était le bal des faux-culs aussi. Il y avait des gens qui n'appliquent pas la liberté dans leur propre pays et qui étaient là pour défiler avec nous. Ils n'avaient pas leur place là".

"Une actu chasse l'autre. Bientôt, on sera seul à nouveau je crois. C'est comme ça. On le sait. On en rit aussi. Tout soutien est bon à prendre mais on est très lucides sur comment ça va se passer", conclut-il.

Laurent Léger avec Manuel Valls
Plein écran
Laurent Léger avec Manuel Valls © afp
  1. De nouvelles images de l'arrestation de George Floyd montrent trois policiers assis sur son dos
    Play
    États-Unis

    De nouvelles images de l'arresta­ti­on de George Floyd montrent trois policiers assis sur son dos

    De nouvelles images de l’arrestation qui a coûté la vie à George Floyd, dans la ville américaine de Minneapolis, ont été diffusées. Cette vidéo de 18 secondes a été tournée sous un angle différent et montre comment pas moins de trois policiers sont assis sur le dos de l’homme de 46 ans. Par ailleurs, des milliers de manifestants ont continué d’exprimer leur colère dans la rue ce jeudi. Certains ont incendié un commissariat, lors de la troisième nuit d'affrontements contre la police.
  2. Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”
    France

    Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”

    Dans la nuit du 25 au 26 mai dernier, Gabriel, 14 ans, a été interpellé par les forces de l’ordre après avoir tenté de voler un scooter avec un ami à Bondy, près de Paris. Le flou demeure sur les conditions de l’arrestation, rapporte Le Parisien. Le jeune garçon souffre de plusieurs lésions au visage et “risque de perdre son œil” à cause d’une fracture de l’orbite. Il est actuellement soigné à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy.