Plein écran
© afp

Un proche de Trump accusé d'agression sexuelle: "Il risquait de me tuer"

Une femme ayant accusé anonymement le candidat de Donald Trump à la Cour suprême de l'avoir agressée sexuellement dans les années 1980 a donné dimanche un témoignage fort au Washington Post, poussant les démocrates à exiger le report du vote de confirmation au Sénat du magistrat.

Plein écran
© afp

Christine Blasey Ford, professeure universitaire de psychologie âgée de 51 ans, accuse Brett Kavanaugh, 53 ans, de l'avoir agressée sexuellement lors d'une soirée, alors que ce dernier, scolarisé dans un lycée près de Washington, était "complètement ivre".

"J'ai pensé qu'il risquait de me tuer sans le vouloir", a-t-elle confié au journal. Elle aurait finalement pu se dégager de son étreinte et quitter la pièce où il l'avait piégée.

Elle explique au journal avoir décidé de sortir de l'anonymat après que ses accusations, faites dans une lettre confidentielle, ont été rendues publiques en fin de semaine, alimentant les rumeurs sur l'identité de son auteure.

"J'estime désormais que mon devoir civique pèse plus lourd que mon angoisse et ma terreur face à des représailles", explique cette enseignante à l'université de Palo Alto.

Démocrate, elle a fait des petits dons à des organisations politiques, précise le Washington Post.

La Maison Blanche a renvoyé le journal sur le démenti "catégorique et sans équivoque" de Brett Kavanaugh publié en fin de semaine.

Christine Blasey Ford dit n'avoir parlé à personne des ces faits jusqu'à une séance de thérapie de couple avec son époux en 2012 mais qu'elle avait été traumatisée pendant plusieurs années. Elle a transmis au journal des notes prises par ses thérapeutes, évoquant une "tentative de viol" pendant sa jeunesse.

Le Sénat a le dernier mot sur les candidats désignés par le président américain pour un poste de juge, à vie, à la Cour suprême.

Les républicains y sont majoritaires (51-49). Un vote en commission sénatoriale est prévu jeudi sur la confirmation de Brett Kavanaugh, avant le vote final en séance plénière qui pourrait intervenir d'ici la fin septembre. Vendredi, les sénateurs républicains avaient indiqué n'avoir aucune intention de repousser le vote.

Les démocrates craignent que le juge Kavanaugh ne fasse basculer la haute instance judiciaire, qui tranche sur les questions brûlantes de société comme l'avortement ou les armes, du côté conservateur pendant au moins une génération.

Ils ont rapidement réagi dimanche en demandant le report du vote. L'influente sénatrice Dianne Feinstein, numéro deux de la commission judiciaire, avait annoncé jeudi avoir transmis cette lettre à la police sans dévoiler l'identité de son auteure.

Maintenant que l'accusatrice a parlé publiquement "il revient au FBI de mener une enquête. Cela devrait se produire avant que le Sénat n'avance sur cette nomination", a-t-elle dit dimanche dans un communiqué.

  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.