Plein écran
© ap

Un supporter de Dortmund interpellé en possession de plusieurs armes

Un Allemand de 51 ans devra comparaitre le 6 novembre devant le tribunal correctionnel de Bruges pour port d'armes illégal, après que la police brugeoise a découvert mardi soir deux matraques, des fumigènes et un spray au poivre dans le véhicule de ce supporter de Dortmund.

Accompagné de son fils et d'un ami, l'homme avait fait le déplacement dans la Venise du Nord pour assister à la rencontre de la première journée de phase de groupes de la Ligue des Champions entre Bruges et Dortmund. Lors d'un contrôle de police, sa voiture a été fouillée. Un pulvérisateur de gaz poivre, deux matraques, un canif, deux cagoules, des gants, des fumigènes et deux feux de Bengale y ont été découverts.

Les trois Allemands ont été interpellés. Les deux plus jeunes ont rapidement été remis en liberté. Le père a quant à lui fait l'objet d'une procédure de comparution immédiate. Il comparaitra devant le tribunal correctionnel de Bruges pour port d'armes illégal.

  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.