Plein écran
© photo_news

Un tournage "déprimant, écoeurant, pas humain": colère sur la Croisette

Nous saurons demain qui, Steven Spielberg et ses jurés auront choisi de récompenser au terme de cette 66e édition du Festival de Cannes. Dans le coeur des journalistes, "La vie d'Adèle" mériterait les honneurs. Le réalisateur Abdellatif Kechiche voit cependant cet engouement général être terni par des critiques amères du Syndicat des professionnels de l'industrie et de l'audiovisuel et du cinéma.

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news

Un communiqué a été publié le jour de la montée des marches du film et dénonce des conditions de travail proches "du harcèlement moral". Plusieurs techniciens sous couvert de l'anonymat ont raconté quelques anecdotes édifiantes au sujet du tournage au journal Le Monde. Il affirme que c'était "une grosse, grosse galère". "Le tournage était prévu pour deux mois et demi. Finalement il a duré le double, à budget constant. Et pour faire du Kechiche, il faut être là à 100 %. Sur cinq mois, c'est pas tenable."

Le tournage s'est éternisé, le budget alloué a été entièrement dépensé avant la fin. Du coup, il fallait faire le forcing pour toucher son argent pourtant durement gagné.

Outre ces ennuis pratiques, on parle d'une ambiance de tournage "pas humaine." "Il y a eu un mépris pour les conditions de travail, pour le repos de l'équipe, et sa vie privée, je n'ai jamais vu ça", confie un technicien. "Kechiche peut être chaleureux avec l'équipe, demander aux uns et aux autres s'ils vont bien. Il travaille au plus près des comédiens, il y passe un temps fou. Il peut filmer un repas de famille pendant une heure et demie, en laissant improviser les acteurs, pour capter des éclats du réel, de l'intime. Le résultat est magnifique. Mais quand on connaît l'envers du décor, on se demande vraiment: 'Elle est où cette beauté?' C'est à désespérer de tout."

Kechiche était imprévisible, envoyait des messages à son équipe tard dans la nuit pour les avertir du programme du lendemain, changeait d'avis constamment. "Il a un immense respect pour les comédiens mais pas pour les techniciens." Le communiqué indique que beaucoup de techniciens sont revenus du tournage "écoeurés", "déprimés", certains ont même jeté l'éponge, "soit parce qu'ils étaient exténués, soit qu'ils étaient poussés à bout par la production, ou usés moralement par des comportements qui dans d'autres secteurs d'activités relèveraient sans ambiguïté du harcèlement moral". Kechiche n'a pas encore réagi à ces accusations.

  1. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.