Plein écran
Mercedes Van Volcem © belga

Une députée Vld appelle à la démission de Theo Francken

La députée flamande Mercedes Van Volcem (Open Vld) a supprimé jeudi un tweet dans lequel elle appelait à la démission de Theo Francken. Elle n'en reste pas moins critique à l'égard des déclarations controversées du secrétaire d'Etat N-VA.

Plein écran
Theo Francken © belga

"Les déclarations de Theo Francken sont inacceptables. En tant que libérale, je les rejette catégoriquement. En ce qui me concerne, il devrait être remplacé", a tweeté jeudi matin Mme Van Volcem. Mais le message a été supprimée quelques heures plus tard. "Je l'ai fait sur demande amicale d'Alexander De Croo (le vice-Premier ministre Open Vld, ndlr) parce que le débat devait encore être mené", a-t-elle précisé à l'agence Belga.

Excuses à la Chambre
Entre-temps, M. Francken a présenté ses excuses devant la Chambre. "Cela prouve bien qu'il avait commis une faute", insiste la députée libérale flamande. "Je trouve très important qu'un secrétaire d'Etat soit là pour tout le monde et qu'il n'exclue pas certaines catégories de la population de façon indistincte sur base de la nationalité", souligne-t-elle.

Du côté de l'Open Vld, on n'a pas voulu s'exprimer sur la question.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.
  2. Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Depuis 2016, Bob Schwartz souffre d’insomnie. Chaque nuit, cet Américain de 59 ans se lève toutes les 90 minutes pour aller aux toilettes. En plus de ce problème urinaire nocturne, il souffre également d’hypertension artérielle, de troubles digestifs chroniques, de graves déséquilibres hormonaux et d’une perte de masse musculaire. Au total, Bob a consulté plus de 100 médecins qui ont tous été incapables de diagnostiquer la maladie qui le ronge.