Plein écran
© anp

Une formation pour devenir imam à partir de 12 ans

Il sera bientôt possible pour les adolescents flamands de suivre une formation préparatoire pour devenir imam. La direction turque des affaires religieuses, Diyanet, qui représente 73 mosquées en Belgique, finalise un projet en ce sens, indiquent jeudi les journaux Het Laatste Nieuws et De morgen.

La formation des imams nécessite une approche sérieuse et beaucoup de temps. Selon l'Association turque, les jeunes devraient avoir la possibilité dès l'école secondaire d'assister à des cours qui les préparent à une carrière d'imam. La coupole Diyanet souhaite dès lors mettre sur pied une formation complète pour les adolescents.

"Nous sommes toujours en train d'examiner si nous répondons à tous les critères afin d'être reconnus comme école secondaire par le gouvernement flamand, mais si ce n'est pas le cas, nous organiserons alors cette formation au sein d'un institut privé avec des cours en soirée et le week-end", a déclaré le directeur de Diyanet, Coskun Beyazgül.

Aucun lien avec la radicalisation
M. Beyazgül cite deux obstacles qui pourraient compromettre son projet. "En tant que Diyanet, nous soutiendrons toutes les initiatives dans ce sens, mais à deux conditions. Tout d'abord, la discussion sur la formation d'imams doit être dissociée du débat sur le terrorisme et la radicalisation, car il n'existe aucun lien direct entre ces deux éléments. Il s'agit d'une stigmatisation."

Comme deuxième obstacle, Diyanet cite le comportement parfois intrusif des autorités. "Nous aimerions coopérer avec le gouvernement et avec tous les représentants politiques de ce pays, mais pas s'ils adoptent une attitude paternaliste à notre égard. Nous croyons en la séparation entre la religion et l'État. Les pouvoirs publics, le gouvernement, les universités n'ont donc pas à venir nous dire qu'ils vont former des imams à notre place."

L'idée de Diyanet est de créer un véritable parcours de formation. "Les adolescents suivraient d'abord une formation préparatoire dans un institut spécialisé, ensuite, à l'âge de 18 ans, ils participeraient à un séminaire national, après quoi ils pourraient compléter leur formation en suivant des cours à l'étranger."

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.