Plein écran
© photo_news

Une lettre adressée au Roi pour le climat récolte plus de 25.000 signatures en 24h

En l'espace de 24 heures, plus de 25.000 citoyens inquiets pour le climat ont signé une lettre adressée au roi Philippe, annonce vendredi Greenpeace. L'organisation de défense de l'environnement est à l'initiative de cette lettre car le gouvernement "ne maîtrise pas le défi que représente le réchauffement climatique et qu'il ne réalise pas non plus l'urgence de la situation".

La lettre adressée au Roi récolte toutes les quatre secondes une nouvelle signature. Ce qui signifie, selon Greenpeace, que les citoyens sont particulièrement inquiets par rapport à la problématique du climat.

"Le 2 décembre dernier, 75.000 citoyens ont inondé les rues bruxelloises et hier, 500 enfants ont remis des lettres au parlement. Ils exigent plus d'ambition climatique, mais nos dirigeants politiques restent sourds à ce signal", indique une porte-parole de Greenpeace, Juliette Boulet, dans un communiqué publié vendredi. "Bien sûr, nous savons que le Roi ne peut résoudre à lui seul le problème du climat mais nous lui demandons d'adresser un message clair aux politiciens: le climat n'attend plus", poursuit-elle.

L'organisation environnementale se dit choquée de voir "notre gouvernement se déchirer alors que le sommet pour le climat bat son plein."

L'ONG rappelle que des décisions cruciales doivent être prises ces prochains mois pour une politique climatique ambitieuse. Et de citer notamment: l'élaboration d'une loi climatique qui respecte l'Accord de Paris ainsi que la mise sur pied d'un pacte national de Mobilité, censé mettre fin à la vente de voiture diesel et essence d'ici 2028 et améliorer l'offre de transports en commun.

  1. Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas nié mardi sa collaboration avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration de l'époque, Theo Francken (N-VA), pour des "razzias" policières à Anvers visant certaines nationalités en fonction du nombre de places disponibles en centre fermé et de la destination des vols de rapatriement qu'il qualifie d'"Air Francken".
  2. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  3. Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”
    Play

    Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

    Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ.