Plein écran
© ap

Une petite Diana, rousse? Les paris s'emballent pour le bébé de Meghan et Harry

Le Royaume-Uni attend avec impatience la venue du bébé du prince Harry et son épouse Meghan, dont le sexe, le prénom et même la couleur de cheveux font grimper les paris.

Selon les bookmakers britanniques, c?est au début du mois de mai que Meghan donnera naissance à une fille qui sera prénommée Diana. La question du sexe ne semble d'ailleurs même plus en être une pour les joueurs. Les personnes ayant parié sur une fille sont si nombreuses que le bookmaker William Hill a abaissé sa cote à 2/5, ce qui revient à gagner seulement 2 livres pour une mise de 5. Mais malgré cette chute, les joueurs ont continué à miser sur l'option d'une petite fille. "Dans un marché normal, cela signifie que les gens savent", souligne Rupert Adams, porte-parole de William Hill, qui a préféré suspendre ses paris sur le sexe du bébé, le 9 avril.

Pour de nombreux parieurs, l'enfant, qui prendra la septième place dans l'ordre de succession au trône britannique, aura les cheveux roux, avec une cote de 3/1.

Diana, Grace ou Arthur
Côté prénom, celui de la mère du prince Harry, Diana, "est le grand favori" avec 60% des paris, indique Rupert Adams. "Je ne comprends pas du tout", ajoute-t-il, rappelant la mort tragique de Diana, tuée dans un accident de voiture en 1997. "Je ne voudrais pas qu'on me le rappelle tous les matins". Chez le bookmaker Paddy Power, le prénom Diana arrive aussi en tête avec une cote de 3/1, puis Grace avec 7/1, Alice (10/1), Isabella (12/1), Alexandrina et Victoria (14/1), ou encore Elizabeth (20/1). "Nous avons vu un très grand nombre de paris en ligne et en boutique pour le prénom Isabella, ce qui nous a obligés à baisser sa cote", précise Amy Jones, porte-parole de Paddy Power. Au contraire, la cote du prénom Theresa, portée par l'actuelle Première ministre britannique, est de 250/1.

Si c'est un garçon, Arthur, Charles, James et Edward figurent en tête, alors que Buddha, Jesus ou Donald sont jugés plus qu'improbables.

Quelle crédibilité apporter à ces paris? Pour chaque naissance des enfants du prince William et de sa femme Kate, "le prénom favori au moment de la clôture de nos paris a été le bon", affirme Rupert Adams.

Les Clooney ou les Beckham parrains?
Concernant le lieu et la date de la naissance, les parieurs semblent persuadés que l'enfant naîtra au début du mois de mai, à domicile, dans le nid douillet du Frogmore Cottage, dans l'enceinte du château de Windsor, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Londres. La probabilité que le bébé naisse "la semaine prochaine" est si forte selon les bookmakers que la cote est actuellement "de 1/5", contre "7/2 pour une naissance au cours du week-end", précise Alex Apati, porte-parole du bookmaker Ladbrokes.

Des paris portent aussi sur les futurs parrains de ce bébé royal né d'une mère américaine: les Clooney? les Beckham? Serena Williams? Elton John? Oprah Winfrey? Les joueurs ont, en général, misé 4 livres (4,65 euros).

Selon Rupert Adams, cela revient à un montant de près de 5 millions de livres (5,8 millions d'euros) pour le marché britannique des paris dans son ensemble.

  1. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.
  2. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.