Plein écran
© afp

"Une véritable guerre civile" est en cours en Ukraine

UpdateLe président russe Vladimir Poutine a estimé vendredi que l'Ukraine était en proie à une "véritable guerre civile", à 48 heures de la présidentielle dans cette ex-république soviétique où s'affrontent forces régulières et insurgés prorusses dans l'Est.

La crise en Ukraine "est née parce que (le président ukrainien Viktor) Ianoukovitch a repoussé l'accord d'association avec l'Union européenne. Un coup d'État a suivi, soutenu par nos amis américains, et au final, c'est le chaos et une véritable guerre civile", a déclaré M. Poutine lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie).

Le président russe a également déclaré que le "modèle d'un monde unipolaire" avait "échoué", visant sans les nommer les Occidentaux après l'effondrement de l'URSS et la fin de la Guerre froide.

"Le modèle d'un monde unipolaire a échoué. Chacun le voit bien aujourd'hui, même ceux qui tentent d'agir à la manière habituelle, de garder le monopole, de dicter leurs règles du jeu en politique, dans le commerce, les finances, d'imposer des normes culturelles et comportementales", a-t-il indiqué.

La Russie "respectera le choix" des Ukrainiens
Le président russe Vladimir Poutine a déclaré vendredi que la Russie allait "respecter le choix du peuple ukrainien", interrogé sur la reconnaissance ou non par Moscou de l'élection présidentielle anticipée de dimanche en Ukraine.

"En principe, selon la Constitution il ne peut y avoir d'élection car le président (Viktor) Ianoukovitch (...) est le président en exercice", a déclaré M. Poutine. Mais "nous voulons nous aussi qu'en fin de compte le calme revienne (en Ukraine), nous allons respecter le choix du peuple ukrainien", a-t-il ajouté, assurant que Moscou "travaillerait avec les nouvelles autorités".

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.