Plein écran
Benoît Lutgen, président du cdH. © belga

"Une vraie fausse crise qui permet à la N-VA de renforcer son discours d'extrême droite"

Update"Le gouvernement ne soutient plus, à la N-VA de l'expliquer", a indiqué jeudi le chef de groupe MR David Clarinval à la RTBF à l'entame des travaux de la Chambre consacrés notamment à la résolution qui invite à appuyer le pacte sur les migrations qu'est censé valider le gouvernement belge à Marrakech puis à New York. Benoît Lutgen, président du cdH appelle le gouvernement à "cesser ses tergiversations".

Plein écran
David Clarinval, chef de gourpe MR à la Chambre. © photo_news

"Le parlement belge soutient le plus largement possible" et le Premier ministre Charles Michel sera porteur de ce message lundi à Marrakech, a précisé M. Clarinval. La N-VA a soutenu le pacte durant deux ans avec le gouvernement avant de se raviser, a-t-il constaté.

Le chef de groupe MR souligne le "consensus assez large" atteint mercredi en commission des Affaires étrangères, seule la N-VA, qui a voté contre, et le PS, qui s'est abstenu, faisant défaut. M. Clarinval rappelle que la N-VA avait annoncé son retrait du gouvernement, le cas échéant, si le Premier ministre allait à Marrakech et si un vote intervenait via une majorité de rechange. C'est "compliqué", "original", a-t-il dit, épinglant la première majorité alternative de la législature.

M. Clarinval a particulièrement égratigné "l'abstention tactique" du Parti socialiste.

Di Rupo justifie l'abstention de son parti
Toujours sur la RTBF, le président du PS Elio Di Rupo a justifié cette abstention par l'absence de position du Premier ministre dans le contexte d'une résolution amendée qui demande des explications dans le cadre d'une concertation avec d'autres pays européens. "Va-t-on dénaturer le pacte? Y aura-t-il des accommodements", s'est demandé M. Di Rupo qui attend du Premier ministre qu'il apporte des éclaircissements jeudi après-midi à la Chambre. "Le pacte sera-t-il validé au nom de la Belgique? Si c'est le cas, c'est OK sinon ce sera l'abstention", a-t-il dit.

Le PS déposera un amendement en séance plénière visant à demander au gouvernement de valider le pacte sur les migrations à l'assemblée générale de l'Onu à New York le 19 décembre.

"On attend que le Premier ministre confirme que la Belgique soutienne le Pacte", a indiqué pour sa part le chef de groupe Ecolo Georges Gilkinet, qui souligne le large appui du parlement.

Pour le président du cdH Benoît Lutgen, Charles Michel "doit poser la question au sein du gouvernement, au sein du conseil des ministres" après la résolution du parlement qui l'invite à se rendre à Marrakech. Mais il est temps que le gouvernement "cesse ses tergiversations" et prenne en compte les urgences sociales, fiscales et climatiques. Selon lui, il s'agit d'une "vraie fausse crise" qui permet à chacun de renforcer ses positions et à la N-VA d'affirmer un peu plus son "discours d'extrême droite" qui avait convaincu les centristes de ne pas rejoindre la Suédoise en 2014.

Le député PTB Raoul Hedebouw a été dans le même sens.

 Enfin, pour le président de DéFI Olivier Maingain, "au-delà de l'image de la Belgique sur la scène internationale, c'est l'unité des institutions belges qui est en jeu". Il en appelle à une réaction du Premier ministre Charles Michel face à une N-VA "qui ne joue plus le jeu traditionnel des institutions". Cette crise est le fait d'un parti qui pousse au "confédéralisme, c'est-à-dire au séparatisme", a-t-il conclu.

  1. Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas nié mardi sa collaboration avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration de l'époque, Theo Francken (N-VA), pour des "razzias" policières à Anvers visant certaines nationalités en fonction du nombre de places disponibles en centre fermé et de la destination des vols de rapatriement qu'il qualifie d'"Air Francken".
  2. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  3. Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”
    Play

    Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

    Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ.