Plein écran
Faustino Asprilla et José Luis Chilavert en étaient venus aux mains © DR

Digne d’un scénario Netflix: comment un attaquant colombien a évité l’assassinat de Chilavert

Le football sud-américain a échappé à un drame dans les années 1990. Dans un documentaire, Faustino Asprilla, ancien attaquant colombien, explique comment il a empêché l’assassinat du légendaire gardien paraguayen José Luis Chilavert.

2 avril 1997. À un an de la Coupe du Monde en France, la Colombie dispute un match de qualification crucial contre le Paraguay. Alors qu’ils doivent impérativement gagner, les Cafeteros s’inclinent (1-2) dans un match (très) électrique. Les esprits s’échauffent en fin de match entre la star colombienne Faustino Asprilla et le Paraguayen José Luis Chilavert. Le légendaire gardien de but donne un coup de poing à Asprilla près du banc, ce qui provoque une bagarre générale entre les deux équipes.

“Tuer ce gros sac de Chilavert”

Les deux joueurs sont expulsés, mais l’histoire aurait pu connaître un dénouement bien plus tragique. Dans un documentaire diffusé à la télévision colombienne, Asprilla a expliqué avoir été invité à l’issue du match par un narco trafiquant connu sous le nom de Julio Fierro, en compagnie de l’ancien footballeur Victor Hugo Aristizabal.

Le criminel lui aurait demandé “l’autorisation” de tuer Chilavert. “Nous avons besoin de votre feu vert parce que deux types (tueurs à gages) veulent rester ici au Paraguay, à Asunción, pour tuer ce gros sac de Chilavert”, raconte l’ancien joueur. Sans hésiter, Asprilla pose immédiatement son véto. “Quoi? Mais vous êtes fous? Non, non, non, vous ne pouvez pas faire ça. Vous allez ruiner le football colombien et ça n’est pas possible. Ce qui se passe sur un terrain de football, reste sur le terrain”, a-t-il rétorqué.

Vingt-deux ans plus tard, Asprilla estime qu’il s’agit “d’un problème compliqué, qui ne peut pas exister”. À cette époque, la Colombie était plongée dans une guerre des gangs après la mort de Pablo Escobar. En 1994, son homonyme, le footballeur colombien Andres Escobar, avait été abattu après avoir marqué un but contre son camp en Coupe du monde. La Colombie a donc échappé de peu à un autre drame qui aurait terni son image.

  1. Il perd un match sur le circuit professionnel sans marquer un seul point, les internautes indignés
    Play

    Il perd un match sur le circuit profession­nel sans marquer un seul point, les internau­tes indignés

    Artem Bahmet, un joueur ukrainien, a perdu le premier match de sa carrière sur le circuit professionnel (0-6, 0-6), lors du tournoi ITF de Doha. Deux roues de vélo et... aucun point marqué durant toute la rencontre, un record. Sur les réseaux sociaux, les images sont devenues virales et les amateurs du sport se sont indignés se demandant comment ce joueur a été autorisé à participer à ce tournoi.