Jérémy Doku
Plein écran
Jérémy Doku © Capture d'écran RTBF

“J'ai grandi nanani nanana”: l’amusante interview de Doku après la victoire contre la Finlande

Titulaire contre la Finlande, Jérémy Doku a disputé ses premières minutes dans un grand tournoi à seulement 19 ans. Un moment spécial que le jeune ailier a été appelé à commenter au micro de la RTBF. Visiblement ravi de sa soirée, il a ponctué l’échange sur une touche d'humour.

  1. La vista de De Bruyne, une première historique pour les Diables: les chiffres de Belgique-Finlande

    La vista de De Bruyne, une première historique pour les Diables: les chiffres de Belgique-Finlande

    La Belgique, avec une équipe largement remaniée, a ponctué comme attendu la phase de groupes de l’Euro 2020. Tout en contrôle et en maîtrise, les Diables ont glané un troisième succès de rang et la première place. C’est la première fois que notre équipe nationale signe un neuf sur neuf au premier tour d’un Championnat d’Europe. Retour en chiffres sur l’ultime répétition avant le début “des choses sérieuses”.
  2. Swann Borsellino évoque une “rivalité malsaine” entre la France et la Belgique: “Il faut que ça redevienne bon enfant”

    Swann Borsellino évoque une “rivalité malsaine” entre la France et la Belgique: “Il faut que ça redevienne bon enfant”

    Français et supporter des Bleus, Swann Borsellino a partagé sa déception après l'élimination précoce des Bleus à l’Euro 2020. Insistant sur son plaisir de travailler chez nous et les abus commis de son “côté de Quiévrain”, le chroniqueur de la RTBF a appelé à davantage de bienveillance, estimant que le charriage entre voisins tendait parfois à dépasser certaines limites.
  3. Jan Ceulemans, notre consultant, après la victoire des Diables contre la Finlande: “Il est temps qu’Hazard sorte de sa tanière”

    Jan Ceulemans, notre consultant, après la victoire des Diables contre la Finlande: “Il est temps qu’Hazard sorte de sa tanière”

    Les Belges ont donc signé une troisième victoire consécutive dans leur Euro 2020 en s’imposant 0-2 contre la Finlande à Saint-Pétersbourg pour terminer à la première place du groupe B. Les Diables ont néanmoins dû attendre la 74e minute pour trouver la faille contre la 54e nation mondiale, qu’ils n’ont, croyez-le ou pas, plus réussi à battre depuis… 1968. Et ce malgré la présence au coup d’envoi de Kevin De Bruyne, Eden Hazard et Axel Witsel. Cela leur octroie désormais deux certitudes. La première est qu’ils joueront ce dimanche 27 juin à 18h à Séville contre l’un des quatre meilleurs troisièmes. Et la deuxième, c’est qu’ils devront tout de même se montrer un peu plus inspirés s’ils veulent aller loin dans le tournoi. C’est aussi l’avis Jan Ceulemans, notre consultant, présent en finale de l’Euro 1980 et capitaine de la folle épopée au Mexique en 1986 avec une place dans le dernier carré.
  1. Nouvelles louanges pour De Bruyne, craintes pour la défense: le regard de la presse internationale après le sans-faute des Diables

    Nouvelles louanges pour De Bruyne, craintes pour la défense: le regard de la presse internatio­na­le après le sans-fau­te des Diables

    Carton plein et première place du groupe, mission accomplie. Sans surprise et sans éclat, les Diables ont aligné leur troisième succès de rang face à la Finlande. Dernière étape avant la véritable entame du tournoi, dimanche en huitième de finale contre un adversaire qui reste à déterminer. Comme lors de la rencontre précédente face au Danemark, la presse internationale s’enthousiasme pour Kevin De Bruyne, “l’homme clé”. Autre constat récurrent, les craintes et doutes liés au secteur défensif.