Plein écran
© getty

Kompany a empêché Balotelli... d'échapper à des amendes

Capitaine de Manchester City, Vincent Kompany s’est attelé à garder ses partenaires dans le droit chemin. Parfois invité à fermer les yeux sur les retards et écarts de Mario Balotelli, le Diable Rouge a toujours refusé. “Vous connaissez Vincent...”, s’est amusé son ancien coéquipier Micah Richards au micro de la BBC. 

Appelé par la BBC à évoquer les systèmes d’amendes dans les clubs de Premier League, Micah Richards a rapidement prononcé le nom de Mario Balotelli. “En fait, il n'était jamais à l’heure (...) Les retardataires devaient s'acquitter d’une amende et nous faisions ensuite don du montant récolté à des œuvres caritatives”, explique l'ancien défenseur, retraité depuis l’été dernier. 

Une année, à la période de Noël, nous avions déjà cumulé entre 100.000 et 150.000 livres (NDLR: entre 117.000 et 175.000 euros)... grâce à Balotelli. Souvent, il était déjà présent au club, mais il préférait se détendre ailleurs, alors que nous étions en salle de réunion.” 

Plein écran
© AP

“Kompany, le professeur”

Pas vraiment enclin à toujours puiser dans le portefeuille de son partenaire, Micah Richards, alors vice-capitaine, faisait parfois preuve de clémence. “De temps en temps, je fermais les yeux. Je n’aimais pas trop aller trouver le manager pour dire qu’un coéquipier était en retard. Je ne suis pas un rapporteur.  Mais vous connaissez Kompany... Quand je disais “C’est bon pour cette fois”, Kompany ne me suivait pas, il ne voulait pas ça. Si les joueurs avaient commis un petit impair, ils ne voulaient pas que Kompany le remarque.” 

Toutes les amendes infligées pouvaient être contestées. “Vous aviez rendez-vous dans le bureau du manager, Kompany était présent avec un carnet où toutes les amendes étaient listées. Il se comportait comme un professeur voire comme un recteur (rires).” 

La rigueur du Diable Rouge ne semble pas avoir eu de conséquences néfastes sur sa relation avec Balotelli. L’ancien pensionnaire de l’OM, aujourd'hui actif à Brescia, était présent au jubilé de Kompany en septembre dernier. 

Plein écran
© EPA
  1. Il perd un match sur le circuit professionnel sans marquer un seul point, les internautes indignés
    Play

    Il perd un match sur le circuit profession­nel sans marquer un seul point, les internau­tes indignés

    Artem Bahmet, un joueur ukrainien, a perdu le premier match de sa carrière sur le circuit professionnel (0-6, 0-6), lors du tournoi ITF de Doha. Deux roues de vélo et... aucun point marqué durant toute la rencontre, un record. Sur les réseaux sociaux, les images sont devenues virales et les amateurs du sport se sont indignés se demandant comment ce joueur a été autorisé à participer à ce tournoi.