Plein écran
© photonews

La belle histoire du sprinteur James Dasaolu: "Le public a sauvé ma carrière"

James Dasaolu a bien cru qu'il allait devoir ranger ses spikes, mais un crowdfunding a changé la donne.

Plein écran
© getty
Plein écran
© photonews
Plein écran
© photonews

Il y a quelques semaines, le champion d'Europe 2014 du 100 mètres a subi une rupture du tendon d'Achille qui aurait pu le forcer à mettre un terme à sa carrière. Une chirurgie avancée était en effet nécessaire s'il voulait avoir la chance de participer aux Jeux Olympiques de Tokyo, en 2020.

Le problème financier s'est alors posé: Dasaolu n'avait absolument pas les moyens de 's'offrir' cette chirurgie. Et c'est... un crowd-funding qui a changé la donne. "Sans aides extérieures, j'aurais dû mettre un terme à ma carrière sportive", insiste le sprinteur dans un entretien accordé à la BBC.

Première étape
"Le public britannique a sauvé ma carrière. Sans tout ce soutien, je n'aurais pas pu me faire opérer. Je suis vraiment très reconnaissant du soutien que j'ai reçu de la part du public et de mes équipiers."

James Dasaolu se fait opérer ce lundi. Mais il sait que ce n'est que la première étape d'un long voyage qui doit le conduire à Tokyo dans un an et demi. "La chirurgie, c'était la première chose, maintenant je sais que je vais pouvoir compter sur le soutien de mes proches et du public pour la revalidation. Et je suis très optimiste."

Champion d'Euope à Zurich en 2014, le sprinteur britannique de 31 ans rêve désormais de briller à Tokyo et pourquoi pas de battre son record personnel de 9'91, et approcher le record national du 100 mètres toujours détenu par Linford Christie en 9'87? Ce sera peut-être la belle histoire des Jeux de Tokyo, même si la route est encore longue pour James Dasaolu.

Plein écran
© photonews