Plein écran
© AFP

La crise frappe aussi “Manolo du tambour”: “J'ai cumulé beaucoup de dettes”

"Manolo du tambour", supporter emblématique de la sélection espagnole de football frappé par la crise du coronavirus, envisage de vendre une de ses grosses caisses qui a fait vibrer les fans de la Roja depuis 1979."Les temps sont durs, pour moi comme pour tous les Espagnols", raconte ému Manuel Caceres Artesero, alias "Manolo el del Bombo" ("Manolo du tambour", en français), qui, à 71 ans, a dû fermer son bar à Valence à cause des effets de la crise du nouveau coronavirus.

"J'avais racheté cette affaire parce qu'on attendait les Fallas (grandes fêtes de la région de Valence qui ont lieu en mars, NDLR), et des matches de Liga. Mais les matches sont suspendus, les Fallas ont été annulées et tout est devenu compliqué", explique Manolo."J'ai décidé de revendre (son bar-musée, baptisé "El Bombo"), parce que j'ai cumulé beaucoup de dettes", regrette-t-il.

"Manolo el del bombo" va donc prendre sa retraite. Mais avec une pension qui "n'atteint pas les 1.000 euros", il confie qu'il envisage de vendre un des tambours avec lesquels il a fait vibrer les supporters de la Roja depuis 1979.

“On a souvent voulu m’acheter mon instrument”

"On a souvent voulu m'acheter mon instrument, mais j'ai toujours dit que je ne le vendrais pour rien au monde. Maintenant, je vais peut-être devoir le faire...", tique le supporter N.1 de l'Espagne et de Valence, qui espère garder ses "bombos" encore quelques temps avec lui.

“Manolo du tambour" suit la Roja depuis 1979 et un match de qualifications pour l'Euro entre l'Espagne et Chypre.  Devenu célèbre lors du Mondial 1982 en Espagne, le 12e homme de l'équipe d'Espagne totalise désormais dix Coupes du monde, sept Euros, 40 ans de fidélité et presque 400 matches avec la Roja... mais aimerait amener son tambour vers 12 Coupes du monde, comme le chiffre floqué à l'arrière de son maillot rouge.

  1. Le célèbre tailleur des Diables Rouges est mis en liquidation

    Le célèbre tailleur des Diables Rouges est mis en liquidati­on

    La maison de prêt-à-porter, Carlo et Fils, s’est fait un nom tout au long de son histoire. Située à la rue Maréchal Foch à Châtelineau (Châtelet), elle était devenue le tailleur officiel de l’équipe nationale belge de football, mais aussi du Royal Sporting Club Anderlecht, du Royal Charleroi Sporting Club et du Royal Standard Club Liège. Le Spirou Charleroi en basket et le binôme Justine Henin-Carlos Rodriguez en tennis ont également fait appel à ses services.
  1. La transformation physique et le message d’espoir de Claudia Nainggolan

    La transforma­ti­on physique et le message d’espoir de Claudia Nainggolan

    Depuis plus d’un an, Claudia, l’épouse de Radja Nainggolan, lutte contre le cancer. Après avoir gardé le silence durant les trois premiers mois, elle avait révélé sa maladie sur les réseaux sociaux, en juillet dernier. Depuis lors, elle évoque de temps à autre son combat et donne des nouvelles de son état de santé. Sa dernière publication laisse apparaître une silhouette musclée, elle qui assure “avoir toujours détesté le sport.”
  2. Il avoue redouter la reprise, un joueur de Watford “lynché”: “J'espère que ton fils attrapera le coronavirus”

    Il avoue redouter la reprise, un joueur de Watford “lynché”: “J'espère que ton fils attrapera le coronavi­rus”

    En votant mercredi à l’unanimité en faveur d’une reprise des entraînements avec contact, la Premier League a fait un grand pas vers un redémarrage du championnat d’Angleterre suspendu mi-mars par la pandémie de coronavirus. Une reprise redoutée par certains joueurs dont Troy Deeney, le capitaine de Watford qui a exprimé publiquement ses craintes. Des propos qui lui ont valu un “lynchage” sur les réseaux sociaux.