Plein écran
© afp

Le faux passeport diplomatique de Boris Becker pour échapper à la justice

Boris Becker a présenté un passeport diplomatique pour échapper à des poursuites au Royaume-Uni. "Un faux" selon le ministre des affaires étrangères centrafricain. En faillite personnelle, l'ex-joueur de tennis allemand tente de récupérer ses trophées, dont les plus prestigieux demeurent introuvables.

Pas d'immunité diplomatique pour Boum Boum. L'ancien numéro 1 mondial de tennis prétendait détenir un passeport diplomatique de Centrafrique qui se révèle être un faux, selon le ministère des affaires étrangères.

"Le passeport diplomatique qu'il (Boris Becker) détient est un faux",  a assuré Chérubin Mologbama, directeur de cabinet du Ministre des affaires  étrangères centrafricain, Charles Armel Doubane. Une déclaration en contradiction avec les propos tenus par l'ambassadeur de Centrafrique en Belgique, Daniel Emery Dede, à la radio allemande Deutsche Welle.

Endetté, le vainqueur de six titres du Grand Chelem avait tenté, mi-juin, de faire valoir une immunité diplomatique pour échapper à la justice britannique en prétextant une mission confiée en avril par Bangui en tant qu'attaché pour les affaires sportives auprès de l'Union Européenne. 

Passeport volé
"La décision d'entamer des procédures pour banqueroute contre moi était injustifiée et injuste", avait déclaré Boris Becker, cité par PA, mi-juin. "J'ai à présent fait valoir mon immunité diplomatique, comme j'y suis tenu, afin de mettre un terme à cette farce, pour que je puisse commencer à rebâtir ma vie". D'ailleurs, un recours a été déposé par ses avocats devant la Haute Cour britannique. Cette immunité signifie que toute action légale à son encontre doit être approuvée par le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, et par son homologue centrafricain.

Mais selon le cabinet du ministère des affaires étrangères centrafricain, "le profil de poste de Becker n'existe pas" dans les fichiers centrafricains et le passeport, établi le 19 mars 2018, affiche un numéro de série qui correspond à "des passeports vierges volés en 2014". Le cabinet ajoute que la signature et le cachet sur le document ne sont pas ceux du ministre des Affaires étrangères et précise que la fonction diplomatique de l'ancien joueur de tennis est "chargé de mission finance, ce qui n'a rien à voir avec les questions sportives."

Plein écran
Boris Becker a gagné six tournois du Grand Chelem, dont trois fois Wimbledon (photo), dont il reste, à ce jour, le plus jeune vainqueur (17 ans et 227 jours). © ap

"Une dette historique"
En juin 2017, le triple vainqueur de Wimbledon, 50 ans, avait été déclaré en faillite personnelle par un tribunal londonien pour une dette de plusieurs millions d'euros. "C'est une dette historique, avait déclaré la juge à l'époque. On a l'impression qu'on traite avec un individu qui a choisi la politique de l'autruche". "Ce n'est pas une personne très érudite en matière de finances", avait répondu l'avocat de Becker pour expliquer les nombreux déboires judiciaires de son client pour dettes impayées en Espagne ou en Suisse.

En 2002, il avait été condamné à deux ans de prison avec sursis et une amende de 500.000 euros pour des arriérés d'impôts de 1,7 millions d'euros. Durant sa carrière, Boum Boum a remporté 49 tournois sur le circuit professionnel et obtenu plus de 20 millions d'euros de gain. Récemment, il avait tenté de rassembler les trophées et récompenses accumulés dans l'optique de les vendre et d'éponger ses dettes. Mais plusieurs d'entre eux demeurent introuvables, dont la plupart de ses trophées acquis en Grand Chelem.

"Un certain nombre de trophées de la carrière de Boris Becker sont introuvables, et Boris Becker ne se rappelle pas où ils sont" avait précisé, dans un communiqué, le cabinet Smith&Williamson qui gère sa banqueroute.

Plein écran
Boris Becker est contraint de vendre ses nombreux trophées remportés au cours de sa riche carrière. Mais certains d'entre eux, dont les plus prestigieux, demeurent introuvables. © epa