Plein écran
Hallstatt, juillet 2019 © REUTERS

Ce village idyllique d’Autriche est victime d’Instagram: “Ne venez plus!”

Le maire d’Hallstatt et ses 900 habitants en ont plus qu’assez de voir déferler chaque jour des hordes de touristes d’Asie et d’ailleurs. 

Comme nous vous en parlions déjà cet été, la situation de ce petit bijou des Alpes autrichiennes, classé au patrimoine mondial de l’Unesco pour ses maisons couleur pastel et son paysage enchanteur, devient en effet intenable pour les autochtones depuis que le village a été élogieusement présenté dans un reportage sud-coréen en 2006. Pour en rajouter une couche, la rumeur dit qu’il aurait inspiré les scénaristes de “La Reine des neiges” pour créer le royaume d’Arendelle. Une reproduction à l’identique a d’ailleurs vu le jour en Chine

“Nous ne pouvons pas vraiment les arrêter”

Le maire Alexander Scheutz cherche désormais à tout faire pour freiner cette véritable hémorragie de visiteurs et soulager ses administrés confrontés en première ligne aux conséquences fâcheuses et aux nuisances de ces voyageurs souvent peu délicats: “Nous voudrions réduire l’afflux touristique d’au moins un tiers mais nous ne pouvons pas vraiment les arrêter”, confie-t-il, dépité, au Times

Six fois plus de touristes par habitant que Venise

Attroupements constants près des points de vue pittoresques, selfies à la chaîne, mise en scène de la photo idéale pour Instagram, tournage amateur, drone à l’appui, les touristes redoublent d’initiatives invasives pour rompre la sérénité des lieux. À l’image de l’adaptation Disney, la beauté d’Hallstatt s’est transformée en malédiction. Un chiffre révélateur: la municipalité accueille six fois plus de touristes par habitant que... Venise et le prix d’une chambre se négocie désormais autour de 400 euros la nuit. 

La mairie a déjà pris quelques mesure dont une interdiction des drones sur le territoire et une limitation du stationnement des cars. 

Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS