Plein écran
© bbc.co.uk

Des cartes à gratter pour reconnaître l'odeur du cannabis

Des cartes du type jeux à gratter vont être envoyées à des milliers de citoyens britanniques pour tenter de repérer des plantations illégales de cannabis.

Crimestoppers, association britannique à but non lucratif à l'origine de cette campagne, estime que les cartes aideront les citoyens à reconnaître l'odeur du cannabis et à prévenir la police en cas de suspicion.

Une liste de signes auxquels "il faut être attentif" est énumérée sur la carte. On conseille notamment aux citoyens de prêter attention aux fenêtres constamment couvertes ou bloquées, et aux visiteurs "à des heures inappropriées".

Selon l'association, il y aurait eu au Royaume-Uni une augmentation de 15% du nombre de plantations de cannabis dans des maisons entre 2011 et 2012.

Andy Bliss, représentant de l'Association of Chief Police Officers a déclaré: "Beaucoup ne se rendent pas compte que les maisons ou appartements vides ou en ruines pourraient s'avérer être des plantations de cannabis. Il ne faut pas s'arrêter au cliché de la plantation dans un endroit reculé à la campagne ou sur un site industriel désaffecté".

"Ces plantations sont souvent organisées par des criminels, [...] ce qui crée un sentiment d'insécurité".

Selon l'association, les trafficants priviligéraient les maisons pour cultiver.

Une fois grattées, les cartes, qui seront distribuées dans plus de 210.000 ménages, dégagent une odeur similaire à l'odeur du cannabis pendant la pousse.

Roger Critchell, directeur des opérations de Crimestoppers a déclaré: "Nous distribuons ces cartes parce que peu de gens savent reconnaître les signes de la présence d'une plantation de cannabis dans le voisinage."

"Beaucoup ne sont pas non plus conscients des liens établis entre ce type de délits et la grande criminalité organisée".

Cette initiative a débuté il y a trois ans aux Pays-Bas, où 30.000 cartes à gratter avaient été distribuées.

  1. Laurent, le prodige belge de 9 ans, quitte l’université: “Ils l’accusaient de plagiat”

    Laurent, le prodige belge de 9 ans, quitte l’université: “Ils l’accusaient de plagiat”

    Laurent Simons, le surdoué belge de neuf ans, interrompt abruptement ses études à l’université de technologie d’Eindhoven. Ses résultats ne sont pas en cause, car le petit garçon avait réussi ses examens haut la main et n’avait plus qu’un projet de fin d’études à remettre pour y obtenir son diplôme. Mais ses parents sont excédés par l’attitude de l’école et ont décidé qu'il quitterait l’établissement immédiatement. Des soupçons de plagiat ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, explique le père à Het Laatste Nieuws.