Plein écran
Photo d'illustration. © Getty Images

Des sangliers déterrent 20.000 euros de cocaïne cachés en forêt par des dealers

Au début du mois d’octobre, en Italie, des dealers se sont fait voler 20.000 euros de cocaïne par des sangliers en forêt. Quatre personnes, trois Albanais et un Calabrais, ont été arrêtées.

Les autorités italiennes peuvent remercier les sangliers qui leur ont permis de démanteler un réseau de trafic de cocaïne dans les régions de Valdichiana Senese et Aretina, ainsi que dans les Crêtes siennoises, comme le rapporte “Il Tirenno”. 

Pourtant, la police n’enquêtait pas sur ce trafic mais sur la mort d’un jeune Albanais, assassiné en mai 2018. Au cours des investigations, les policiers ont mis sur écoute trois hommes, un Italien et trois Albanais. C’est lors d’un enregistrement que l’un des suspects s’est plaint du saccage d’une planque de cocaïne par des sangliers. 

2 kilos de cocaïne par mois

Les bêtes ont utilisées leurs défenses pour ouvrir les bocaux cachés dans la forêt avant d’éparpiller la drogue dans les alentours. Au téléphone, le suspect indique qu’environ 20.000 euros ont été perdus. Lorsqu’ils parlaient de la marchandise, les malfaiteurs utilisaient les termes “apéritif”, “prosecco”, “vin”, "café” ou “goûter”. 

Les autorités ont indiqué que le trafic démantelé durait depuis septembre 2018 et portait sur environ 2 kilos de cocaïne par mois, pure à 80-85%. Les dealers vendaient la drogue entre 80 et 100 euros le gramme. 

Les sangliers font beaucoup parler en Italie depuis quelques années. En quatre ans, leur population a doublé, atteignant deux millions d’espèces. Chaque année, ces animaux seraient responsables d’environ 10.000 accidents sur les routes italiennes,  selon Newsweek.

  1. Laurent, le prodige belge de 9 ans, quitte l’université: “Ils l’accusaient de plagiat”

    Laurent, le prodige belge de 9 ans, quitte l’université: “Ils l’accusaient de plagiat”

    Laurent Simons, le surdoué belge de neuf ans, interrompt abruptement ses études à l’université de technologie d’Eindhoven. Ses résultats ne sont pas en cause, car le petit garçon avait réussi ses examens haut la main et n’avait plus qu’un projet de fin d’études à remettre pour y obtenir son diplôme. Mais ses parents sont excédés par l’attitude de l’école et ont décidé qu'il quitterait l’établissement immédiatement. Des soupçons de plagiat ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, explique le père à Het Laatste Nieuws.