Plein écran
Une trottinette Lime située place Sainte-Catherine à Bruxelles. © photo_news

Des trottinettes électriques se mettent à lancer des obscénités

Video"Ne m'emmenez pas, je n'aime pas être chevauchée."

Symbole de liberté pour les uns, engin du Diable pour les autres: les trottinettes électriques en libre service ne laissent personne indifférent. Encore moins lorsque celles-ci s'amusent à vous balancer des propos salaces à la tête.

C'est ce qui est arrivé à Brisbane, en Australie. Des utilisateurs de trottinettes électriques Lime, que les Bruxellois ont appris à (re)connaître, ont été surpris d'entendre leur engin, habituellement muet, parler tout seul au moment de l'emprunter. Mais c'est surtout la teneur de leur propos qui en a étonné plus d'un.

La sécurité remise en question
"Ne m'emmenez pas, je n'aime pas être chevauchée", lance ainsi une trottinette. "Si tu comptes chevaucher mon c*l, tire-moi les cheveux", profèrent une flopée d'autres deux-roues, visiblement peu farouches.

Vous l'avez sans doute compris, ces trottinettes ont en fait été piratées par un petit malin. Plus inquiétant, cela montre qu'il existe des failles dans la sécurité de ces engins, ce qui peut être potentiellement dangereux pour les utilisateurs.

Lime a indiqué être au courant du piratage de certaines trottinettes. "Ce n'est pas intelligent, ce n'est pas drôle", a déclaré Nelson Savanh, le responsable des affaires publiques de Lime pour l'État australien du Queensland, au Brisbane Times.

  1. Condamnée à 3.200 euros d’amende pour des croquettes au fromage impayées

    Condamnée à 3.200 euros d’amende pour des croquettes au fromage impayées

    Nadine W., 48 ans, risque deux mois de prison et une amende d’au moins 3.200 euros pour délit de grivèlerie le 28 avril dernier. Elle avait alors commandé une assiette de croquettes au fromage et un café pour une dizaine d’euros à la Casa Nostre, à La Panne, avant de quitter l’établissement sans régler la note. La femme n’en est pas à son coup d’essai. Elle est en effet connue des restaurateurs depuis des mois comme “le cauchemar de l’Horeca sur la côte”.