“Digne d’un film d’horreur” : des villages russes infestés par des mouches

Des habitants de l’Oural sont confrontés à une invasion de mouches.

Plein écran
Le village est envahi de mouches. © Capture d'écran

Des villages de la région ouralienne russe ont été envahis par de vastes essaims de mouches, suscitant des préoccupations sanitaires et des craintes pour les récoltes locales.

“Vous ne pouvez pas étendre votre linge dehors pour le faire sécher ou ouvrir vos fenêtres, et encore moins sortir”, a déclaré une habitante de Lazorevy à la télévision d’Etat, qui a diffusé des images d’énormes nuages de mouches rampantes et bourdonnant dans le village.

On y voit un autre habitant en train de balayer des piles de mouches mortes et mourantes sur le sol de sa maison. “Chaque jour ou presque, il y en a assez pour remplir un demi, voire un seau”, indique-t-il. Les habitants décrivent ces scènes comme “dignes d’un film d’horreur”.

“C’est insupportable, les mouches sont partout “, explique une femme qui tient un enfant à bras. “J’ai peur pour mes enfants. Nous devons empoisonner les mouches constamment [avec des produits chimiques], mais ensuite nous respirons cet air. C’est effrayant.” La télévision d’Etat a fait savoir que les mouches pouvaient infecter les gens avec des maladies.

Des excréments de poulets en cause

Selon certaines informations, l’invasion aurait commencé après qu’un agriculteur eut illégalement utilisé comme engrais des tonnes d’excréments de poulets provenant d’un élevage de volailles local, dans lequel des mouches avaient pondu des millions d’œufs. Des poulets morts et des entrailles de poulet auraient également été utilisés. Les enquêteurs ont confirmé qu’ils avaient ouvert une enquête criminelle sur l’utilisation non autorisée de “déchets dangereux pour l’environnement”.

Maxim Maksimov, le chef de la ferme avicole, a admis avoir fourni des excréments de poulet à la ferme en question pour utilisation comme engrais, mais soutient qu’il s’agit d’une pratique normale. “C’est beaucoup mieux que les produits chimiques”, a-t-il déclaré au site d’information Ura.ru. “Nous n’avons pas eu de chance avec le temps. Un printemps humide, puis une hausse soudaine des températures ont créé des conditions favorables à la reproduction des mouches.”

Il a précisé avoir ordonné à ses ouvriers de couvrir les champs du fermier afin d’empêcher les mouches de pondre d’autres œufs dans les excréments. “Si ça ne marche pas, nous sommes prêts à utiliser des produits agrochimiques spéciaux dans les villages.”

Le fermier, Andrei Savchenko, nie sa responsabilité. “Les mouches existent depuis des millions d’années, et elles sont partout. Ce n’est qu’une question de nombre. Mais qui peut dire quel est le nombre de mouches acceptable ou non ?”

  1. Des tontons saouls aux demoiselles d’honneur indélicates: il immortalise la réalité des mariages

    Des tontons saouls aux demoisel­les d’honneur indélica­tes: il immortali­se la réalité des mariages

    Les photographes de mariage nous ont habitués aux grands classiques, parfois un rien niais: clichés des signatures, fermeture fébrile de la robe de mariée, émotion du père devant l’autel, marié qui arrose le bouquet de la mariée... Sans compter les innombrables comptes Instagram dédiés aux mariages dans l’air du temps qui font rêver avec leur exemplarité à faire pâlir Pinterest. Mais Ian Weldon n’est pas de ceux-là: le photographe britannique préfère le côté rock ‘n’ roll des coulisses des mariages, surtout quand ils dégénèrent un peu.