Elle appelle aux dons pour "sauver sa vie" mais part en croisière le mois prochain

"Je souffre d'obésité morbide. J'ai besoin de 7000 livres (ndlr: 8700 euros) pour me faire poser un anneau gastrique. Aidez-moi à sauver ma vie!" Cet appel à l'aide a été lancé par Amy Murray cette semaine via le site GoFundMe. Mais depuis, les tabloïds ont révélé que la jeune femme de 31 ans avait prévu de partir en vacances le mois prochain. Si elle s'en défend, elle a été incendiée de critiques. "Comment ose-t-elle?"

Amy Murray pèse près de 170 kg. Quand elle a fait appel à la générosité des internautes, elle assure que ce n'était pas pour en profiter. "J'avais d'abord entendu que les frais allaient être pris en charge par le service de santé national", dit cette Anglaise originaire de Stalybridge. "Mais finalement, on m'a fait comprendre que je devais perdre du poids par mes propres moyens."

Comment a-t-elle donc pu se payer une croisière? "L'argent vient d'un héritage de mon mari qui date de l'année passée", dit-elle. "Initialement, nous devions réserver deux voyages, l'un le mois prochain, l'autre en septembre. Mais nous n'avons pu annuler que le second. L'argent du mois de mai, je ne pouvais de toute façon pas le récupérer. C'est pour ça que nous allons quand même en vacances. Si j'avais su à l'avance que l'opération était à mes frais, il n'aurait évidemment jamais été question de partir en vacances."

En attendant, les critiques ont été nombreuses, surtout de la part de ceux qui ont versé un peu d'argent pour lui permettre de se soigner. "J'ai reçu beaucoup de critiques depuis que cette histoire est sortie. Mais le plus grave, c'est que c'est un supposé "ami" qui a été tout raconter à un journal. Qu'il ait au moins le courage de me dire les choses en face", peste Amy.





La possibilité de commenter les articles directement sur le site est suspendue, une modération efficace et rapide étant devenue impossible.
Mais si vous aimez commenter l'actualité, les débats continuent sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter.