Plein écran
La villa sur l'annonce/le terrain vague à la place © Booking/Twitter

Ils louent une villa 6500 euros en Croatie... pour trouver un terrain vague à la place

Le groupe d’amis français s’apprêtait à vivre des vacances idylliques en Croatie, sauf que la villa au bord de mer louée sur Booking n’a jamais existé.

Louée 6240 euros les deux semaines, la villa, réservée par de jeunes Français, avait tout pour plaire: les photos promettaient un cadre exceptionnel et de luxe avec vue sur mer. Les dix personnes arrivent les étoiles plein les yeux sur l’île de Hvar en Croatie. Mais surprise: aucune villa n’est présente à l’adresse indiquée. “Il y avait une sorte de champ. C’était vide quoi”, raconte Chloé à Le Parisien.

Booking tarde à réagir, Twitter accélère les choses

Pas de panique, peut-être que ces jeunes gens ont commis une erreur au moment de taper l’adresse. Mais en allant voir voisins et commerçants à proximité pour se renseigner, ils apprennent que d’autres touristes ont vécu une désillusion similaire en juillet. Le propriétaire des lieux ne répond pas au téléphone. Pire encore, son numéro n’est plus attribué.

Il est temps de se rendre à l’évidence, le groupe est victime d’une cruelle arnaque. “On s’est sentis fortement humiliés de se retrouver à la rue, on ne souhaite ça à personne”, poursuit Chloé. Les amis connaissent toutes les peines du monde à contacter Booking. Entre temps, ils partagent leur mésaventure sur Twitter et errent toute la journée sur l’île à la recherche d’une solution.

Le buzz opéré sur le réseau social va les aider. Certains écrivent des commentaires moqueurs, estimant que le prix de la villa aurait dû interpeller les jeunes Français. Mais une chaîne de solidarité se met en place et des milliers d’internautes partagent les tweets. 

Deux personnes sont rentrées d’urgence en France 

Face à l’ampleur que prend l’histoire, le site Booking est obligé de réagir. Une responsable prend en charge le dossier. “Elle a reconnu leur responsabilité d’avoir laissé l’annonce frauduleuse malgré les signalements. Le remboursement est en cours de traitement”, souffle Chloé, consciente que “ça n’aurait jamais avancé” sans Twitter.

Booking assure à Le Parisien avoir aussi “pris en charge la réservation d’un nouvel hébergement et offert une compensation financière”. Les vacances sont-elles alors sauvées? Pas vraiment. Chloé affirme sur Twitter qu’aucune prise en charge du nouvel hébergement et/ou compensation financière n’est effective à l’heure actuelle. Les amis ont payé une nuit d’hôtel le premier soir, avant de louer une nouvelle villa. Financièrement, la situation devient compliquée. “Deux de nos amis ont dû rentrer d’urgence en France parce que financièrement ce n’était pas possible pour eux d’avancer à nouveau de l’argent”, regrette Chloé.

Entre les billets d’avion et la location de la fausse villa, la jeune femme a déjà dépensé environ 1000 euros. Autant dire que le budget prévu pour les extras (sorties, courses…) est bien entamé. Le groupe de Français n’est pas certain de rester jusqu’au 31 août, comme c’était convenu.