Maison Saigon, Bangkok
Plein écran
Maison Saigon, Bangkok © REUTERS

L’idée d’un restaurateur pour garantir la distanciation sociale

VIDEOUne initiative insolite, originale et bon marché, en provenance de Thaïlande...

Grâce à l’assouplissement des mesures de confinement, le restaurant vietnamien La Maison Saigon, à Bangkok (Thaïlande), a pu rouvrir ses portes et accueillir à nouveau la clientèle. L'établissement doit néanmoins respecter les consignes de distanciation sociale et toutes les chaises ne peuvent donc être occupées en même temps. Pour aiguiller le client et éviter qu’il ne se retrouve en tête-à-tête avec le dossier d’un siège vide, le propriétaire a eu l’idée de disposer une brigade de... peluches de panda, relatent l’agence Reuters et le Huffington Post.  

Peluche préventive de compagnie

L’objectif des pandas est double. D’une part, ils permettent de prévenir la propagation du coronavirus en imposant, par leur simple présence, le respect des distances de sécurité. D’autre part, ils tiennent “compagnie” aux clients, souvent seuls à table: “C’est super, j’ai l’impression d’être moins seul grâce à cette peluche", confie ainsi Sawit Chaiphuek à Reuters. “Je me sens aussi en sécurité grâce à ce système”, ajoute-t-il. Une autre habituée des lieux, Siriporn Assavakarint, abonde dans le même sens et apprécie la clarté de ce dispositif: “On comprend rapidement où on peut s’asseoir, contrairement à d’autres restaurants où la situation est plus confuse”, commente-t-elle.  

Bref, une solution pratique, bon marché et visiblement unanimement appréciée... 

Plein écran
© AP
Plein écran
© AFP
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© AP
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© REUTERS
  1. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.