Plein écran
© getty

La bibliothèque d'une université australienne évacuée à cause d'un fruit

L'odeur nauséabonde d'un morceau de durian oublié près du système de ventilation a provoqué l'évacuation de la bibliothèque de l'Université de Canberra.

Vendredi après-midi, les secours ont été appelés à l'Université de Canberra, en Australie, pour "une forte odeur de gaz". Les étudiants et le personnel de l'université - un peu plus de 550 personnes au total - ont dû évacuer le bâtiment afin de permettre aux pompiers de procéder à une fouille complète des lieux. Une heure plus tard, ces derniers ont découvert l'origine de cette odeur: un morceau de durian oublié près du système de ventilation du deuxième étage de la bibliothèque. 

Très apprécié en Asie pour son goût sucré-salé, ce fruit dégage une odeur extrêmement âcre que certains comparent à celle de nourriture avariée. Il est d'ailleurs interdit d'en consommer dans le métro de Singapour et dans les hôtels de nombreux pays du continent asiatique.

C'est la deuxième fois en un peu plus d'un an qu'un durian entraîne l'évacuation d'une bibliothèque universitaire en Australie. En avril 2018, environ 600 étudiants et membres du personnel de l'Institut royal de technologie de Melbourne ont dû être évacués. Près de 40 pompiers, y compris des équipes spécialisées, ont fouillé le bâtiment à la recherche d'une éventuelle fuite de gaz... avant de découvrir le véritable coupable.

  1. Des tontons saouls aux demoiselles d’honneur indélicates: il immortalise la réalité des mariages

    Des tontons saouls aux demoisel­les d’honneur indélica­tes: il immortali­se la réalité des mariages

    Les photographes de mariage nous ont habitués aux grands classiques, parfois un rien niais: clichés des signatures, fermeture fébrile de la robe de mariée, émotion du père devant l’autel, marié qui arrose le bouquet de la mariée... Sans compter les innombrables comptes Instagram dédiés aux mariages dans l’air du temps qui font rêver avec leur exemplarité à faire pâlir Pinterest. Mais Ian Weldon n’est pas de ceux-là: le photographe britannique préfère le côté rock ‘n’ roll des coulisses des mariages, surtout quand ils dégénèrent un peu.