Plein écran
© Twitter

La Myrmarachne formicaria désignée araignée de l'année

La Myrmarachne formicaria de la famille des araignées sauteuses (Salticidae) a été désignée comme araignée de l'année 2019 par 83 arachnologues issus de 26 pays européens, rapportent mercredi Natuurpunt et Arabel (Société Arachnologique de Belgique). L'araignée est ainsi nommée en raison du fait qu'elle calque son comportement sur celui d'une fourmi afin de mieux surprendre ses proies.

Ce mimétisme est la raison principale du choix de l'arachnide comme araignée de l'année, explique Natuurpunt. "Grâce à une initiative telle l'araignée de l'année, nous espérons non seulement attirer l'attention sur un groupe animal malaimé mais aussi qu'un public plus large signale cette espèce afin que les chercheurs reçoivent de nouvelles données sur la répartition actuelle de cette araignée sauteuse."

Les araignées sauteuses
L'animal en question appartient à la famille des araignées sauteuses qui constituent avec 6.100 espèces différentes la plus grande famille d'araignées au monde. "De nombreuses araignées sauteuses ont un corps compact au contraire de celle-ci dont le corps ressemble à celui d'un fourmi", poursuit l'association environnementale flamande.

Les mouvements des fourmis
"Ces araignées imitent non seulement l'aspect extérieur des fourmis mais aussi leurs mouvements. Elles se déplacent ainsi par intermittence comme les fourmis, comme si elles suivaient une piste de phéromones", explique Hendrik Moeremans de Natuurpunt.

"L'araignée imite la fourmi mais pas pour la manger car elle se nourrit principalement de moucherons et de petits moustiques mais aussi de pucerons. L'espèce profite surtout du fait que les fourmis ont peu d'ennemis en raison de leur agressivité relative de sorte que l'araignée est moins souvent la proie de prédateurs tels que les guêpes ou les oiseaux."

En Europe et aux États-Unis
L'araignée-fourmi peut être observée durant toute l'année mais sa période d'activité principale s'étend d'avril à août. Elle se rencontre en Europe mais aussi aux Etats-Unis. Fréquente, elle n'est pas menacée.

  1. Des tontons saouls aux demoiselles d’honneur indélicates: il immortalise la réalité des mariages

    Des tontons saouls aux demoisel­les d’honneur indélica­tes: il immortali­se la réalité des mariages

    Les photographes de mariage nous ont habitués aux grands classiques, parfois un rien niais: clichés des signatures, fermeture fébrile de la robe de mariée, émotion du père devant l’autel, marié qui arrose le bouquet de la mariée... Sans compter les innombrables comptes Instagram dédiés aux mariages dans l’air du temps qui font rêver avec leur exemplarité à faire pâlir Pinterest. Mais Ian Weldon n’est pas de ceux-là: le photographe britannique préfère le côté rock ‘n’ roll des coulisses des mariages, surtout quand ils dégénèrent un peu.