Les anciens oblitérateurs de la Stib
Plein écran
Les anciens oblitérateurs de la Stib © Photo News

La Stib recycle ses vieux oblitérateurs en objet de déco “vintage”

Il y a trois ans, la Stib remplaçait ses emblématiques oblitérateurs par une nouvelle technologie plus rapide, à validation instantanée. La société bruxelloise ne les a pas tous détruits pour autant et les recycle aujourd'hui en... boîte à clés originale. 

En juillet 2016, les transports en commun bruxellois retiraient définitivement ses 3.700 oblitérateurs orange du réseau pour laisser place aux lecteurs Mobib. Si certains ont fini leurs jours à la casse, 1.500 exemplaires vivent désormais une seconde jeunesse et retrouvent un tout autre usage grâce aux bienfaits du recyclage. 

Le fruit du travail de l’entreprise “L’Ouvroir”, relate La Capitale. “À la Stib, on produit beaucoup de déchet car nous sommes une entreprise industrielle. Mais nous recyclons deux tiers d’entre eux”, souligne Brieuc de Meeûs, CEO. Cette boite à clés présente deux avantages: d’un côté, on peut ranger son courrier, de l’autre ses clés. 

La vidéo à découvrir ci-dessus.

  1. La légende de Charleroi, Kiwi Jackson, reprend des chansons françaises
    Play

    La légende de Charleroi, Kiwi Jackson, reprend des chansons françaises

    Kiwi Jackson est une de ces légendes urbaines que seule Charleroi peut connaître. Présents aux quatre coins de la région au gré du vent, il ne passe jamais inaperçu. Toujours habillé de façon flashy, il porte souvent une chaîne stéréo avec lui. Il est toujours à l’affût. Donnez-lui quelques euros et il se déhanchera sur des airs de techno! Peut-être même que vous aurez droit à un strip-tease ou à un selfie. Et ce, qu’importe l’heure ou l’endroit!