Plein écran

Laquelle de ces deux femmes est un robot androïde?

Plein écran
Plein écran

Un roboticien japonais de l'université d'Osaka a présenté samedi un robot androïde ayant l'apparence d'une femme, créature qu'il prévoit de tester comme garde-malade dans un hôpital.

Le professeur Hiroshi Ishiguro, qui a déjà imaginé une famille de robots à figure humaine, dont son clone presque parfait, se félicite cette fois d'avoir créé une femme artificielle aux postures encore plus naturelles que les précédents. "Une nouvelle technologie suscite toujours des craintes et des opinions négatives", a-t-il dit, ajoutant que son équipe voulait faire des robots pouvant exprimer des émotions humaines.

Emplois
Lors d'une démonstration, l'androïde aux longs cheveux bruns et vêtu d'une jupe noire, a souri ou bien a froncé les sourcils en signe de colère en imitant presque simultanément une jeune femme d'une vingtaine d'années qui lui a servi de modèle. Les expressions du visage de la femme étaient filmées par une caméra et transmises par signaux électriques au robot.

"J'avais l'impression d'avoir une soeur jumelle", a déclaré le modèle aux journalistes à l'issue de l'expérience. "Elle sourit en laissant apparaître ses dents, ce qui lui donne réellement une apparence humaine", a précisé le laboratoire de M. Ishiguro. "Les précédents robots de ce type étaient plus complexes et onéreux, à cause d'un nombre important d'articulations", a-t-il indiqué. "Comme elle est plus aisée à fabriquer, nous espérons qu'elle et ses semblables trouveront de nombreux emplois possibles".

Peau synthétique
Le robot sera vendu environ 10 millions de yens (80.000 euros). Comme le visage à peau synthétique de cette humanoïde n'est pas entièrement de type japonais, ses concepteurs pensent qu'elle sera plus facilement acceptée également hors du Japon.

Appelée "Geminoïd-TMF", cet androïde va à titre expérimental être embauché dans un hôpital pour tenir compagnie à des malades et les apaiser. Le robot devrait aussi bénéficier d'un poste à l'essai dans un musée de la science. (afp)