Plein écran
© Photo News/RV

Le mystère du navetteur qui lisait les journaux d’il y a huit ans

Un certain Jonathan est à la recherche d'un navetteur qui a laissé deux journaux de 2012 dans un train. Non pas pour lui rendre les éditions 2012 de De Morgen et De Standaard, mais parce qu’il veut élucider la raison pour laquelle l’homme lisait des journaux aussi vieux et comme neufs. 

La curiosité est un vilain défaut. Mais Jonathan Hendrickx s’en moque éperdument: il a décidé de retrouver la trace d’un mystérieux navetteur qui l’obsède. Mardi, alors qu’il était dans le train de 12h21 qui relie Zottegem à Gand-Saint-Pierre, Jonathan voit que son voisin de banquette lit le journal. Jusque là, rien d’interpellant. “Mais à mi-chemin, le voyageur sort en gare en laissant deux journaux derrière lui”. 

“Mais lorsque je les ai pris un peu plus loin sur mon trajet pour m’occuper, j’ai réalisé qu’il y avait quelque chose d’étrange dans le layout. Les deux journaux se révèlent dater de... janvier 2012. De la même semaine, un de lundi, l’autre du mercredi. Un exemplaire de De Morgen, l’autre de De Standaard. Tous les deux dans un état impeccable. Immaculés comme s'ils étaient sortis d’une farde en plastique”. 

Passée la minute déroutante sur son espace-temps, Jonathan a bien compris qu’il était toujours en 2019. Mais il se demande désormais pourquoi l’autre voyageur lisait les deux journaux d’il y a presque huit ans comme s'il s’informait des nouvelles du jour. Complètement obnubilé par cette histoire, il a décidé de lancer un appel sur Twitter en espérant percer le mystère du voyageur de 12h21. Il a donné une courte description de l’homme qui a croisé son chemin: “Quadragénaire, chemise bleue, veste brune. Qui le connaît?”, demande-t-il. “Cette histoire suscite trop de questions, je veux vraiment pouvoir lui parler”, ajoute-t-il en donnant une adresse mail créée pour l’occasion: tijdreizigeruit2012@gmail.com. Il a même placé une petite annonce dans Metro, le journal gratuit distribué dans les gares, mais en vain. 

Interrogé par HLN, il explique qu’il est trop intrigué par ce “mystère”... et qu’il n’est désormais plus seul. Son tweet a attisé la curiosité de nombreux internautes. “Peut-être étiez-vous coincé dans un train qui avait juste huit ans de retard”, plaisante l’un d’eux. À suivre.

  1. La légende de Charleroi, Kiwi Jackson, reprend des chansons françaises
    Play

    La légende de Charleroi, Kiwi Jackson, reprend des chansons françaises

    Kiwi Jackson est une de ces légendes urbaines que seule Charleroi peut connaître. Présents aux quatre coins de la région au gré du vent, il ne passe jamais inaperçu. Toujours habillé de façon flashy, il porte souvent une chaîne stéréo avec lui. Il est toujours à l’affût. Donnez-lui quelques euros et il se déhanchera sur des airs de techno! Peut-être même que vous aurez droit à un strip-tease ou à un selfie. Et ce, qu’importe l’heure ou l’endroit!