Plein écran
Selon un article du New Yorker, un nombre croissant d'entrepreneurs de la Silicon Valley craignent que notre civilisation prenne fin. Ils achètent déjà des bunkers, des îles, des armes, des munitions et beaucoup de conserves. © (Twitter)

Les milliardaires de la Silicon Valley se préparent à l'apocalypse

VideoLes spécialistes des nouvelles technologies de la Silicon Valley craignent réellement que l'intelligence artificielle ne provoque une apocalypse imminente. "La plupart des gens pensent que les événements improbables ne se produisent pas, mais ceux qui travaillent sur la technologie ont une approche du risque très mathématique", estime un employé de Facebook.

Plein écran
© (capture d'écran)
Citation

Beaucoup d'entre eux redoutent que le niveau extrême des inégalités déclenche une instabi­lité civile et se préparent à un effondre­ment de la loi et l'ordre

Plein écran
© (Twitter)

Selon un article du New Yorker, un nombre croissant d'entrepreneurs de la Silicon Valley craignent que notre civilisation prenne fin. Ils achètent déjà des bunkers, des îles, des armes, des munitions et beaucoup de conserves. Ces entrepreneurs se préparent pour des scénarios dignes de Doomsday, écrit The Independent.

"Beaucoup d'entre eux redoutent que le niveau extrême des inégalités déclenche une instabilité civile et se préparent à un effondrement de la loi et l'ordre", insiste Quartz.

Générateurs, panneaux solaires
"J'ai deux motos, des armes et des munitions. Et aussi de la nourriture. J'espère que je pourrai survivre en restant chez moi pendant quelques jours", a reconnu Reid Hoffman, co-fondateur du réseau LinkedIn.

Antonio Garcia Martinez, ancien cadre chez Facebook, s'est offert une dizaine de kilomètres de terrain sur une île du Pacifique qu'il a équipé avec des générateurs, des panneaux solaires et des milliers de munitions.

Opération des yeux
Steve Huffman, le PDG de Reddit, s'est décidé à se faire opérer des yeux au laser pour ne pas avoir à s'embêter à chercher des lunettes ou des lentilles une fois que la société occidentale se sera écroulée.

Les propos d'Yishan Wong abondent dans le même sens: "La plupart des gens pensent que les événements improbables ne se produisent pas, mais ceux qui travaillent sur la technologie ont une approche du risque très mathématique. Ils ne pensent pas nécessairement qu'un effondrement est probable. Ils le considèrent éloigné, mais ne sous-estiment pas ses effets négatifs. Donc étant donné l'argent dont ils disposent, dépenser une fraction de leur fortune pour se préparer à un tel événement est... une chose logique à faire", a conclu cet employé de Facebook.