Plein écran
Les lignes et géoglyphes de Nazca sont des motifs géométriques ou animaliers vieux de plus ou moins deux millénaires et situés dans la plaine côtière aride du Pérou. © Getty Images/iStockphoto

Plus de 140 nouveaux géoglyphes découverts dans le désert de Nazca, au Pérou

Une équipe de scientifiques japonais a découvert 143 nouveaux géoglyphes - aussi appelés “lignes de Nazca” - représentant des animaux et des figures humanoïdes dans le désert de Nazca, dans le sud du Pérou.

Les mystérieuses lignes de Nazca n’ont pas fini de nous étonner. Des scientifiques japonais de l’université de Yamagata ont récemment découvert 143 nouveaux géoglyphes dans la plaine côtière aride du Pérou, à environ 400 kilomètres au sud de la capitale Lima. Ces dessins, qui représentent des animaux et des êtres humains, ont été créés en déplaçant des pierres noires qui recouvraient le sol, exposant ainsi le sable blanc qui se trouvait en dessous. 

Les géoglyphes sont attribués à l’ancienne civilisation Nazca, qui a existé environ entre -200 avant notre ère et 600 ap. Jésus-Christ. Visibles depuis le ciel, ces immenses motifs peuvent être “gravés” dans la terre ou construits par des entassements et déplacements de pierres.

Intelligence artificielle

Ces 143 nouveaux motifs ont été datés entre 100 av. J.-C. et 300 ap. J.-C. Pour les découvrir, les chercheurs ont utilisé des images à haute définition et effectué des travaux sur le terrain. Ils ont également travaillé avec IBM Japon entre 2018 et 2019 avec qui ils ont utilisés des technologies d’intelligence artificielle qui leur ont notamment permis d’identifier un géoglyphe à figure humaine.

Les scientifiques ont également découvert des dessins “de plantes” et d’animaux “tels que serpents, poissons, oiseaux et lamas”.

Plein écran
Les scientifiques ont notamment découvert de nouvelles formes humanoïdes. © Images fournies par la Yamagata University
  1. Laurent, le prodige belge de 9 ans, quitte l’université: “Ils l’accusaient de plagiat”

    Laurent, le prodige belge de 9 ans, quitte l’université: “Ils l’accusaient de plagiat”

    Laurent Simons, le surdoué belge de neuf ans, interrompt abruptement ses études à l’université de technologie d’Eindhoven. Ses résultats ne sont pas en cause, car le petit garçon avait réussi ses examens haut la main et n’avait plus qu’un projet de fin d’études à remettre pour y obtenir son diplôme. Mais ses parents sont excédés par l’attitude de l’école et ont décidé qu'il quitterait l’établissement immédiatement. Des soupçons de plagiat ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, explique le père à Het Laatste Nieuws.