Qui est cet homme? Le mystère de “Monsieur 13 août” reste entier

Le 13 août 2017, cet homme est retrouvé à Marseille, agité et désorienté. Qui est-il? D’où vient-il? Près de deux ans plus tard, le mystère reste entier. Un reportage de France 2. 

Plein écran
© PoliceNat13 (Twitter)

Le 13 août 2017, au milieu de l’été, un homme déambule, agité, dans les rues de Marseille, relate France 2 dans un reportage consacré à cette énigme. Il ne parle pas, souffre d’un retard mental et n’a pas de documents d’identité. Perdu et n’ayant nulle part où aller, “Monsieur 13 août” est finalement accueilli à l’unité psychiatrique du centre hospitalier Édouard Toulouse. Nul ne sait alors s’il a perdu l’usage de la parole ou s’il est né sans cette capacité. Nul ne connaît son passé. Personne ne semble être à sa recherche, non plus. Il est seul au monde. 

Identification difficile

Selon les psychiatres, il ne serait pas amnésique mais sa déficience complique son identification: “Je pense qu’il ne sait pas son identité. Peut-être que si nous arrivions à l’établir et nous lui disions, il se reconnaîtrait”, confie le Dr Pierre Morcellet. Obligation administrative, il avait été nommé “Monsieur 13 août” par le premier hôpital qui l’avait pris en charge. 

Un sourire d’enfant

Derrière ce sourire d’enfant, quelle est son histoire, son parcours? Les médecins tentent patiemment d’assembler les pièces du puzzle mais aucun indice n’a pour le moment permis de dégager une piste. La police l’expose régulièrement à des éléments d’enquête, dans l’espoir qu’une étincelle jaillisse dans ce regard timide. Mais ses réactions ne dissipent en rien l’épaisseur de son mystère. Seule quasi-certitude: il aurait entre 37 et 38 ans, selon une analyse osseuse. D’aucuns le définissent philippin. Or, confronté à un locuteur tagalog (l’un des dialectes de l’archipel), il avait répondu en... anglais, semant encore davantage la confusion. Sa compréhension apparente du français laisse quant à elle planer la piste d’un parent adoptif dans l’Hexagone, peut-être décédé récemment, le laissant abandonné à son sort.

Billy Hippolyte Trezout

Retrouvé un 13 août, jour de la Saint-Hippolyte, et surnommé “Billy” par le personnel hospitalier, “Monsieur 13 août” va être renommé par la justice, et ce pour garantir ses droits fondamentaux (sécurité sociale, etc.): il sera donc bientôt inscrit à l’État civil sous le nom de Billy Hippolyte... Trezout. Médecins et magistrats pourront alors mettre en place une tutelle dans l’espoir qu’un jour un parent ou un proche se manifeste.