Plein écran
Titouan se souviendra longtemps de son week-end à Malte © Shutterstock/DR

Son week-end festif à Malte dérape après avoir uriné dans la rue

Un étudiant français a passé 38 jours en prison à Malte à cause d'une envie pressante.

Titouan ne s'attendait pas à ce que son week-end entre amis à Malte prenne un tel tournant. La veille du départ de l'île, le 6 février dernier, le jeune homme de 21 ans sort d'une boîte de nuit quand il est pris d'un besoin urgent. Il décide d'uriner dans la rue.

"Une voiture de police passe juste derrière moi. (...) Je suis parti en courant. Les policiers ont commencé à me plaquer contre le mur, à me mettre des coups donc j'ai voulu me protéger et me mettre en boule et l'un d'eux a tapé dans mon coude", a-t-il expliqué à RTL.

Deux mois à Malte... au lieu de deux jours
Le Vendéen est interpellé pour injures, offense et résistance à un représentant de la force publique. "Ils se sont tous énervés. J'étais menotté les mains dans le dos dans la voiture. Ils m'ont tapé tout le long jusqu'au commissariat", se souvient-il. Transféré en prison, Titouan y passera cinq semaines dans des conditions compliquées.

La barrière de la langue est déjà un obstacle. Mais l'étudiant craint également pour sa sécurité: "Quand moi j'arrive et que je vois les autres prisonniers derrière la grille, ils sont tous tatoués sur tout le corps. Ils ont tous des histoires... Ils sont là pour 10 ans".

Grâce à la mobilisation de ses proches, Titouan obtient une libération conditionnelle, contre 5.000 euros de caution. Il est cependant contraint de rester sur l'île. Son procès se déroule finalement jeudi dernier, le 11 avril, plus de deux mois après les faits. En plaidant coupable, l'étudiant est enfin autorisé à quitter Malte. La fin d'un long calvaire.