Plein écran
Photo d'illustration. © BELGA

Un Américain veut investir 1,4 milliard d'euros pour une maison avec un pigeonnier en Flandre

Un Américain veut investir pas moins de 1,4 milliard d’euros dans sa passion: les courses de pigeons. Il cherche donc une maison avec un pigeonnier en Flandre. Allan Mecham cherche aussi quelqu’un qui peut s’occuper des oiseaux. Nikolaas Gyselbrecht, un pigeonnier de Knesselare, aide le milliardaire dans sa recherche. “La Belgique est la Mecque des courses de pigeons”, a-t-il expliqué ce mardi sur Radio 2.

“Les courses de pigeons commencent à ressembler au football, où les oligarques mettent des millions dans les meilleurs clubs”, explique Nikolaas Gyselbrecht, dans des propos relatés par Nieuwsblad. Enracinés en Belgique, où on compte 18 à 20.000 éleveurs licenciés, mais aussi aux Pays-Bas ou dans le nord de la France, les concours de pigeons sont une tradition. Certains de ces oiseaux sont vendus à des prix pharaoniques. En septembre dernier, nous vous parlions d’ailleurs d'un éleveur qui avait vendu le pigeon voyageur “Armando” pour 1,25 million d’euros.

Nikolaas Gyselbrecht qui gère le site d’enchères aux pigeons Pipa (Pigeon Paradise) explique sur Radio 2 que “de plus en plus de gens de l’étranger viennent ici pour rivaliser avec les meilleurs”. “Ils veulent voir à quel point ils sont bons. Venir en Belgique pour les courses de pigeons, c’est comme jouer en Ligue des Champions”, poursuit le pigeonnier sur Radio 2. Les Chinois sont les premiers clients de son site, assurant “40% du chiffre d’affaires”.

Le pigeonnier précise en outre dans l’émission “Le monde d’aujourd’hui” sur Radio 1 que les réactions des colombophiles belges sont mitigées face à cet afflux de passionnés venus du monde entier. “Je pense qu’un groupe pense que cette évolution est positive”, dit-il. “Mais d’autres n’aiment pas le fait que l’argent entre en jeu et que, par conséquent, il est plus difficile de rivaliser”, conclut-il.