Plein écran
Un B-2 américain, à gauche (archives, 2013) © AP

Un bombardier pour déloger les hurluberlus de la zone 51?

Une unité de l’armée américaine a présenté ses excuses samedi pour un tweet menaçant d’envoyer un bombardier face aux jeunes qui voulaient envahir la “zone 51”, base au centre des fantasmes extraterrestres de certains conspirationnistes située dans le désert du Nevada, suite à cette mobilisation loufoque née en ligne.

Le tweet en question, posté vendredi via le compte du DVIDS (Defense Visual Information Distribution Service, plus de 30.000 abonnés) et effacé depuis, reprenait une photo d’un avion B-2 avec pour légende “la dernière chose que les Millenials verront s’ils s’attaquent à la zone 51 aujourd’hui”.

L’unité a réagi samedi sur Twitter en indiquant qu’un employé avait posté un tweet ne correspondant nullement à la position du département de la Défense. “C’était inapproprié et nous présentons nos excuses pour cette erreur”, ajoute le nouveau message.

Les craintes d’invasion de la zone 51 se sont révélées infondées: quelque 150 personnes à peine se sont réunies dans une atmosphère festive à proximité de la base, conduisant à une poignée d’arrestations, alors que les réseaux sociaux annonçaient jusqu’à deux millions de participants à l’assaut né d’une blague et prévu vendredi.

Plein écran
Peu de petits hommes verts étaient au rendez-vous © Photo News