Photo d'illustration.
Plein écran
Photo d'illustration. © Getty Images/iStockphoto

Un célèbre hôpital psychiatrique britannique pourrait devenir un hôtel de luxe

L’hôpital psychiatrique de Broadmoor, en Grande-Bretagne, qui a notamment abrité Charles Bronson, considéré comme l’un des prisonniers les plus violents de l’histoire du pays, pourrait bientôt devenir un hôtel de luxe. 

Propriété du “West London NHS Trust”, le bâtiment de 150 ans est vide à l’heure actuelle. Comme le rapporte le Daily Mail, avant Noël, les patients ont été transférés dans un nouveau centre de haute sécurité à Crowthorne, dans le Berkshire. En 2009, l’hôpital avait été déclaré “totalement impropre à l’usage” par la “Care Quality Commission” (ndlr, Commission de la qualité des soins).

Alors qu'un nouvel hôpital devrait être construit pour plusieurs millions d’euros juste à côté du bâtiment actuel, les propriétaires des lieux ont annoncé examiner des offres de chaînes d’hôtels de luxe “pour l’aile victorienne de l’établissement psychiatrique”. 

Les clients logeraient donc dans des chambres anciennement occupées par des criminels britanniques comme Charles Bronson, Peter Sutcliffe, surnommé L’Éventreur du Yorkshire ou encore le gangster Ronnie Kray.

Selon le Sunday Telegraph, séjourner dans un hôtel à proximité d'un établissement psychiatrique ne dérangerait pas les futurs clients. “Après tout, les gens vivent près de Broadmoor depuis des décennies. Des dispositions de sécurité strictes sont en place. Pour la plupart des gens vivant autour, l’hôpital n’a vraiment pas beaucoup d’effet sur leur vie. Il se trouve que c’est là. Il n’y a aucun moyen qu’une grande chaîne comme Premier Inn achète le bâtiment si elle pense que les clients sont en danger”, a déclaré une des sources du journal britannique. 

  1. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.