Photo d'illustration.
Plein écran
Photo d'illustration. © Getty Images

Un gagnant de l’EuroMillions doit attendre 50 jours avant de récupérer 17 millions d’euros

Pendant le confinement, un gagnant de l’EuroMillions a dû attendre 50 jours pour aller faire valider son ticket et récupérer son pactole de 17 millions d’euros. Le délai initial de retrait des gains est de 60 jours, mais en raison des restrictions liées à la crise sanitaire, il a été rallongé à 120 jours.

Le 20 mars dernier, un Français originaire de Bretagne voit sa vie totalement chamboulée. Grâce à l’EuroMillions, il empoche la somme de 17 millions d’euros. Mais un problème de taille se pose: la France vient de rentrer en confinement trois jours plus tôt. Il ne peut donc pas aller chercher ses gains, ni même valider son ticket. 

Pendant cette attente interminable, le gagnant cache son ticket dans la coque de son téléphone. Le 11 mai dernier sonne comme une délivrance absolue. Il se rend dans un centre de paiement régional situé à moins de 100 km de son domicile. Pour ce type de gain, les gagnants se rendent d’habitude au siège de la Française des jeux, situé à Boulogne-Billancourt, près de Paris. 

“Le ticket était dans un excellent état, plié en deux. Notre gagnant était très soigneux. Il l’avait emballé dans un petit papier blanc pour bien le protéger”, a déclaré au Parisien Isabelle Cesari, la responsable relations grands gagnants à la FDJ.

L’homme qui a souhaité garder l’anonymat a confié qu’il allait profiter de cet argent pour se reposer. Sa première petite folie? Une nouvelle voiture. Une belle histoire dans une période qui ne l’est pas. 

  1. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.