Plein écran
Photo d'illustration. © Getty Images

Un maire décrète l'obligation “d'être en joie”

Le maire d'une petite ville de l'ouest de la France a officiellement décrété l'obligation pour ses administrés "d'être en joie" pendant une semaine en octobre, interdisant musiques tristes et livres qui se finissent mal, à l'occasion d'un festival local.

Maniant le langage propre à l'administration française, Freddy Riffaud, maire sans étiquette politique des Essarts-en-Bocage (9.000 habitants), a publié "un arrêté municipal officiel" portant sur la semaine du 5 au 11 octobre, lors de la première édition du festival de musique "Ville en joie".

"Considérant la vitesse à laquelle une émotion négative peut se répandre et faire des ravages" et "le risque élevé de mauvaise humeur à l'arrivée de l'automne et au taux d'ensoleillement moins important", l'élu demande "de ne laisser rentrer sur notre territoire (...) aucune personne qui pourrait faire barrage à l'expression de cette émotion (la joie)".

L'arrêté, daté du 13 septembre, exige aussi "d'interdire la diffusion de toute musique qui pourrait être perçue comme déprimante ou triste, de films, d'histoires ou de livres qui se terminent mal" ou encore de "produire des endorphines, les hormones du bonheur, en riant au moins trois fois par jour".

Interrogé par l'AFP, Freddy Riffaud, qui travaille à mi-temps dans l'informatique, regrette "qu'il y ait trop de morosité" dans le pays et affirme vouloir tenter "de diffuser un état d'esprit" joyeux dans les commerces et chez les habitants de sa ville.

  1. Laurent, le prodige belge de 9 ans, quitte l’université: “Ils l’accusaient de plagiat”

    Laurent, le prodige belge de 9 ans, quitte l’université: “Ils l’accusaient de plagiat”

    Laurent Simons, le surdoué belge de neuf ans, interrompt abruptement ses études à l’université de technologie d’Eindhoven. Ses résultats ne sont pas en cause, car le petit garçon avait réussi ses examens haut la main et n’avait plus qu’un projet de fin d’études à remettre pour y obtenir son diplôme. Mais ses parents sont excédés par l’attitude de l’école et ont décidé qu'il quitterait l’établissement immédiatement. Des soupçons de plagiat ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, explique le père à Het Laatste Nieuws.