Plein écran
Silvio Berlusconi. © afp

Un patron italien lance le bracelet "Bunga Bunga" (vidéo)

Carlo Pagani, le chef d'une entreprise basée près de Bergame, a créé la marque "Bunga Bunga Band" reprenant ainsi la fameuse expression désignant les soirées coquines de Silvio Berlusconi, révèle jeudi Le Parisien.

Le patron de Castelberg Technologies ne commercialise pour l'instant que des bracelets au parfum aphrodisiaque mais il n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. Bientôt devraient fleurir aux quatre coins du pays colliers, porte-clés, parfums, déodorants, huile pour le corps, sous-vêtements, habillement et montres "Bunga Bunga".

Selon M. Pagani, déjà 100.000 bracelets ont déjà été vendus. Ils ont été distribués dans 20.000 kiosques à travers la péninsule italienne et seront bientôt disponibles en Suisse. Des contacts auraient aussi été pris en Russie, en Allemagne et en France pour exporter le produit.

"Quand nous avons vu le mot "Bunga Bunga", cela a sonné pour nous comme un mot magique", explique M. Pagani, qui a déjà investi 200.000 euros dans la promotion de son produit et déposé une dizaine de noms de marque contenant "Bung Bunga". L'homme espère faire connaître sa marque à un public jeune au niveau mondial. "Pour nous, Bunga Bunga a un sens extrêmement positif : joie de vivre, jeunesse", assure-t-il.

L'expression semble en tout cas inspirer les esprits commerçants: à Livourne, en Toscane, un bar "Bunga Bunga" s'est ouvert et à Londres un restaurant. On trouve également dans certains lieux touristiques d'Italie des T-shirt "Bunga Bunga".

Du côté des télévisions du réseau du Cavaliere, on trouve l'idée plutôt malvenue. Aucune des chaînes de Mediaset n'a accepté de programmer la publicité pour le "Bunga Bunga Band" (voir ci-dessous). (mdv)