Une institutrice est catcheuse le week-end, des parents d'élèves saisissent l’inspection

Le week-end, Amale Dib, une institutrice française de 25 ans, devient “French Hope”, une catcheuse de haut niveau. Une occupation qui ne plaît pas aux parents d’élèves, qui ont saisi l’inspection académique.

Fin septembre, France 3 diffusait un reportage consacré à Amale Dib, une institutrice qui est également catcheuse de haut niveau sur son temps libre. Tous les week-ends, la jeune femme devient “French Hope”, un “personnage un peu méchant qui va tout faire pour gagner et qui va taper sur tout ce qui bouge”. 

Mais cette activité ne plaît pas aux parents d'élèves, qui ont saisi l’inspection académique après avoir découvert le passe-temps de l’institutrice de leurs enfants à la télévision. Selon France 3 Haut-de-France, ces derniers estiment que son activité de catcheuse n’est pas compatible avec le métier de professeure des écoles.

“Elle est très douce avec les enfants”

Interrogé par Le Parisien, le directeur de l’ancien établissement scolaire dans lequel Amale travaillait l’année dernière a vanté les qualités de la jeune femme. “Elle est très douce avec les enfants, je ne l’ai jamais vue énervée, elle n’a pas un mot plus haut que l’autre. Alors, j’ai quand même du mal à l’imaginer faire la méchante...”, a-t-il déclaré.

Face à la polémique, Amale a préféré se mettre en arrêt maladie. Elle est remplacée par “un enseignant fixe” depuis le 14 octobre dernier, a indiqué le rectorat. “L’inspection a par ailleurs été saisie par les parents d’élèves et accorde la plus grande attention quant à la situation de cette école et cette classe”, a-t-il ajouté.

Plein écran
Le week-end, Amale Dib devient “French Hope”. © Capture d'écran France3