Plein écran
Yassir Saleem a su garder son sang froid et est parvenu à faire fuir son agresseur. © SDVO

Victime d'un braquage, il répond avec... des canettes de bière

Le gérant d'un magasin de nuit de Zedelgem (Flandre-Occidentale) est parvenu à faire fuir son agresseur armé en lui jetant des canettes de bière à la figure. "Je n'ai pas hésité une seconde puisqu'il s'agit de mes revenus", a-t-il confié à Het Laatste Nieuws.

Les faits se sont déroulés dimanche soir aux alentours de minuit et demi. Yassir Saleem s'apprête à fermer boutique lorsqu'un homme cagoulé et tout de noir vêtu fait irruption dans son magasin. 

"J'ai tout de suite remarqué qu'il avait une arme à la main. Il s'est dirigé vers moi et m'a ordonné d'ouvrir la caisse, tout en jetant un sac en plastique sur le comptoir", raconte Yassir au quotidien flamand.

Menacé, le gérant a tout de même refusé de se séparer du fruit de son travail. Agacé, le braqueur a tenté d'intimider Yassir en tirant sur des bouteilles d'alcool rangées sur une étagère. Dans le fracas causé par l'explosion des bouteilles en verre, Yassir a tout de même remarqué que le bruit du tir n'était pas aussi fort que celui généré par une véritable arme à feu. "Je pense que le voleur était en fait armé d'un fusil à plomb", dit-il. De fait, la police a en effet retrouvé des billes de plomb sur le sol du magasin. 

Yassir sauvé par ses packs de bière
Après avoir tiré, l'homme cagoulé a tenté de s'emparer de la caisse. Mais Yassir a réagi rapidement pour défendre son bien. Par deux fois, il a jeté un pack de canettes de bière en direction du malfrat qui a finalement pris la fuite. "Vous n'hésitez pas un seul instant car c'est de vos revenus dont il s'agit. La recette de toute la soirée se trouvait encore dans la caisse", souligne le gérant du night shop.

Yassir Saleem a hésité à poursuivre son agresseur. "Puisqu'il était armé, ce n'était pas une bonne idée. Je suis donc entré dans la pièce privée et j'ai immédiatement appelé la police", explique-t-il.

"Je n'ai pas peur"
Aucun suspect n'avait été encore été interpellé lundi après-midi, a indiqué le parquet de Bruges. Mais Yassir pense qu'il s'agit de quelqu'un de la région. "Ses yeux me sont familiers [...] Je pense aussi avoir déjà entendu sa voix, même si je ne suis pas tout à fait sûr. Tout s'est passé si vite..."

Quoi qu'il en soit, le gérant était déjà de retour au poste lundi soir. "Je n'ai pas peur", affirme-t-il en avouant qu'il avait tout de même installé une caméra de surveillance. "Je ne pensais pas que c'était nécessaire avant hier soir (lisez dimanche soir) [...] Vous ne vous attendez pas à quelque chose comme ça à Zedelgem. J'ai repris la boutique de mon oncle il y a trois ans et je pensais être en sécurité ici. Mais apparemment, cela peut arriver n'importe où...", conclut le gérant avec fatalité.

Plein écran
© SDVO