Plein écran
© Decathlon

Ces baskets Decathlon se revendent à prix d’or

Decathlon serait-elle la marque streetwear tendance du moment? La réédition de ses baskets Flex à 90 euros a connu un succès monstre, au point d’en faire planter le site de l’enseigne. Depuis les paires se revendent à prix d’or! 

Inaccessible. Le site de l’enseigne Décathlon a planté ce mercredi 4 mars. Et pour cause, la réédition de son modèle vintage de baskets Flex datant de 1996 était mis en vente. Seuls 3.000 exemplaires étaient alors disponibles. 

“À la suite d’une forte affluence, l’accès à notre site est limité. Votre entrée va se faire dans quelques instants”, écrivait la marque sur son site en début d’après-midi. Après quelque temps, c’est un autre message d’excuse qui était affiché: “Notre site est momentanément indisponible, nous en sommes désolés”.

Sold-out

Ces baskets blanches à semelles oranges, rebaptisées Revival Jog et vendues au prix de 90 euros, ont rapidement été sold-out, comme l’a annoncé la marque sur Twitter non sans humour. “Bravo aux plus rapides qui ont validé leur commande en moins de 20 secondes. Bravo aux plus endurants qui se sont acharnés jusqu’au sold-out. Pour les autres, merci d’être venus si nombreux à l’enterrement de notre site web.”

Pourquoi un tel succès? Les articles de l’équipementier sportif sont régulièrement cités par les rappeurs du moment, tels que Jul et SCH, les rendant tendance, comme l’expliquent nos confrères du Figaro. 

Trois fois son prix 

Ce n’est pas la première fois que Decathlon se trouve face à une telle situation. Souvenez-vous d’ailleurs, l’an dernier, la réédition d’un jogging mythique de 1985 dont la totalité des 3.000 exemplaires mis en vente avaient été écoulés en moins d’une heure avait également fait planter le site de Décathlon. 

Conséquence de cet effet de mode: les modèles sont revendus à prix d’or. On les retrouve sur les sites de revente. Ainsi, la Revival Jog a déjà rejoint le jeu spéculatif sur le site de revente Le Bon Coin, où elle est proposée jusqu’à trois fois son prix. 

  1. Le stress du confinement parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Le stress du confine­ment parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Vous espériez peut-être, dans ce contexte de confinement et de repli sur son jardin intérieur, ressentir moins de pression et de FoMo (fear of missing out, cette expression qui traduit la peur de manquer une occasion d’interagir). Pauvres dupes. Vous avez le sentiment de crouler encore plus sous la pression des apéros via “houseparty”, des parents qui bombardent les groupes Whatsapp de l’école d’exercices ludiques et de leur cadence de révisions, ou des maisons “plus propres et rangées que jamais” qui fleurissent sur Instagram? Bonne nouvelle, vous n’êtes pas seuls. La moins bonne, c’est que le stress de la performance sociale pendant le lockdown, ajoutée à celle du télétravail avec enfants, est un vrai danger pour votre santé mentale.