Plein écran
© D.R.

“Corona Cake”, des gâteaux en forme de virus vendus en Italie

Apérivirus à Milan, masques de protection fantaisistes fabriqués avec un pot de Nutella, glace en forme de virus: l'Italie combat aussi par l'humour l'épidémie qui touche depuis vendredi le pays, le plus touché d'Europe.

Milan, la capitale économique située à 60 km du foyer de contagion en Lombardie, a déjà lancé la mode des "apérivirus". Dans la version locale de cette "happy hour", on peut boire dans l'après-midi un apéritif en grignotant à un prix inférieur à ceux pratiqués normalement. Les bars avaient été fermés dans un premier temps à Milan à l'heure traditionnelle de l'apéro, à partir de 18h et jusqu'au petit matin.

Exit la peur

La pâtisserie Gelateria Infinito, aux abords de Crémone, autre zone de Lombardie où ont été détectés de nombreux cas, a répliqué en créant un gâteau glacé appelé "Corona Cake" et qui présente les excroissances typiques du virus Covid-19 rappelant une couronne, à l'origine du nom de coronavirus.

"Nous savons que la question est sérieuse mais nous croyons que ce n'est pas avec la tristesse et la peur que l'on peut résoudre les problèmes. L'important, c'est de respecter les consignes et de rester calmes. Si en attendant on mange une bonne glace, ça ne peut certainement pas faire de mal", ont expliqué les propriétaires de la pâtisserie, Andrea Schirali et sa femme Daniela, au quotidien La Repubblica.

Mais c'est sur les réseaux sociaux que le sens de l'humour des Italiens s'expriment pleinement avec d'innombrables photos ou vidéos.

Ainsi la photo montrant le maire d'une ville pensif avec cette légende: "le métro est un endroit sûr, le temps d'attente est supérieur à la période d'incubation" (14 jours!), ou celle d'un dealer demandant à son client ce qu'il veut, haschisch ou cocaïne et ce dernier qui répond: "du gel Amuchina", le gel désinfectant le plus connu en Italie au point que "Amuchina" est synonyme de produit désinfectant.

“L'or transparent”

C'est sur ce sujet que circule une vidéo humoristique supposée représenter deux mafieux de Naples, où le premier tente de convaincre le second de passer de la vente de cocaïne à celle d'Amuchina.

"Pour l'Amuchina, la demande grimpe en flèche. On l'appelle l'or transparent, les collègues au Honduras sont en train de transformer leurs laboratoires pour produire de l'Amuchina", s'enthousiasme le premier. Le second réfléchit un instant et tend la main pour donner son accord. Juste après, ont voit le premier mafieux s'enduire la main d'Amuchina avant de serrer celle de son nouvel associé.

Sur le prix de l'Amuchina circulent également des annonces humoristiques sur internet: "Echange 5 litres d'Amuchina contre une Audi RS5 de 2019", un véhicule coûtant environ 100.000 euros. "Ca marche aussi avec une Audi RS5 de 2016, plus 65.000 euros".

Les mesures parfois draconiennes prises par les autorités italiennes sont aussi le motif de plaisanteries. Une vidéo humoristique montre ainsi une femme âgée en train d'éternuer. Une seconde plus tard, une équipe des forces spéciales de l'armée fait irruption dans sa maison simultanément par la porte, la fenêtre et le toit.

L’humour a des limites? 

La palme revient peut-être à cette femme qui s'exclame: "Après une semaine enfermés à la maison (à cause des écoles fermées, ndlr), si mes enfants ne meurent pas du coronavirus, je les tue moi-même!"

Plaisanter oui, mais en respectant certaines limites: la police a ainsi présenté à la justice un homme du nord de l'Italie qui avait posté un faux selfie le représentant devant un hôpital, affirmant qu'il était positif au Covid-19 et conseillant à toutes ses connaissances de faire un test...

  1. Le stress du confinement parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Le stress du confine­ment parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Vous espériez peut-être, dans ce contexte de confinement et de repli sur son jardin intérieur, ressentir moins de pression et de FoMo (fear of missing out, cette expression qui traduit la peur de manquer une occasion d’interagir). Pauvres dupes. Vous avez le sentiment de crouler encore plus sous la pression des apéros via “houseparty”, des parents qui bombardent les groupes Whatsapp de l’école d’exercices ludiques et de leur cadence de révisions, ou des maisons “plus propres et rangées que jamais” qui fleurissent sur Instagram? Bonne nouvelle, vous n’êtes pas seuls. La moins bonne, c’est que le stress de la performance sociale pendant le lockdown, ajoutée à celle du télétravail avec enfants, est un vrai danger pour votre santé mentale.