Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

“Du sucre dans mon petit soulier” mais pas trop: les conseils d'une diététicienne pour la Saint-Nicolas

Ô grand saint Nicolas, patron des écoliers, n’oubliez pas mon petit soulier. Des bonbons, du spéculoos, du chocolat... Les confiseries se dévoreront par kilos ce vendredi. Mais comment éviter l’overdose de sucre? Justine Loncol, diététicienne et nutritionniste, nous guide dans la composition des paniers gourmands de nos enfants pour la Saint-Nicolas. Se faire plaisir sans culpabiliser! 

La période des fêtes de fin d’année est riche en moments conviviaux, mais aussi en graisse et sucres. Si les plaisirs gustatifs font partie des joies du mois de décembre, il est possible de se faire plaisir tout évitant la crise de foie et en inculquant de bonnes habitudes à nos enfants. 

“La manière dont nous composons les paniers à sucreries que nous offrirons aux enfants à la Saint-Nicolas dépend de ce que nous avons eu l’habitude de recevoir. Si celui-ci contenait essentiellement de bonbons, il y a des chances que nous reproduisions le même schéma”, explique d’emblée Justine Loncol, diététicienne et nutritionniste indépendante à Namur

Dès lors, la spécialiste nous invite à profiter de cette occasion pour apprendre les bons réflexes aux plus petits. “Par exemple, certains enfants perçoivent les fruits comme une contrainte, car leurs parents leur ont dit ‘Si tu manges ta pomme, tu pourras avoir un chocolat’. Or les fruits doivent faire partie des plaisirs. En proposant une pomme, une poire ou une clémentine dans leur colis de Saint-Nicolas, on associe les fruits à la notion de plaisir”, détaille-t-elle. 

De la couleur 

Dans cette optique, Justine Loncol préconise de jouer avec les formes et les couleurs des fruits de saison pour rendre ces snacks tout aussi attrayants que les autres sucreries. “Si l'on vous propose une assiette composée de riz, de chou-fleur et de blanc de poulet, celle-ci vous paraîtra bien fade, n’est-ce pas? C’est pareil pour les enfants. Il faut jouer avec les coloris pour leur donner envie! Et ce, sans passer par une multitude de bonbons.” 

Bannir le chocolat blanc 

Ces couleurs contrasteront avec celles du chocolat et des spéculoos. “Il ne faut pas pour autant faire l'impasse sur ces plaisirs. Mieux vaut en offrir peu, mais de bonne qualité”, ajoute la nutritionniste. 

Instinctivement, on se dirigera vers du chocolat noir, pensant à l’intérêt du produit. “Pas spécialement! Noir ou au lait, c’est en fonction des goûts de l’enfant. Par contre, le chocolat blanc est à éviter à tout prix. Tout simplement car il ne contient pas du tout de cacao, mais uniquement du sucre et des graisses.” Justine Loncol nous suggère de miser sur un bon chocolat, avec une bonne source de cacao, si votre budget le permet. Une fois encore, mieux vaut offrir peu, mais de bonne qualité. “Je ne peux que vous conseiller de vous en procurer chez un chocolatier comme Pierre Marcolini, où l’on sait que le cacao est choisi avec minutie.” 

Même chose pour le spéculoos. L’idéal est de favoriser des produits artisanaux à ceux vendus en grande surface. “Les produits fabriqués industriellement contiennent inévitablement plus de sucre que ceux réalisés par des artisans, comme la Maison Dandoy. On peut également choisir d’offrir du pain d’épices fait maison, qui a des saveurs et une texture très intéressantes pour les plus petits. De plus, c’est économique!” 

Plein écran
Le Saint Nicolas en spéculoos de 15 cm est vendu dans les boutiques Dandoy à 5 euros. © Maison Dandoy

Et les bonbons? 

Plein écran
Oursons de la marque Joris - Environ 1,19 euros le sachet de 100 grammes. © Joris

Il ne faut surtout pas bannir les bonbons du paquet de friandises de la Saint-Nicolas. Une fois de plus, ils font partie du plaisir exceptionnel de cette célébration. “Il ne faut surtout pas que cela devienne une interdiction. Privilégiez des bonbons de qualité, comme ceux proposés par la marque Joris. Ils ont de chouettes formes et de belles couleurs. Je vous conseille alors d’en acheter un grand paquet et d’en proposer à vos enfants sur plusieurs jours, mais en petite quantité de manière à apprendre à rationaliser les portions.” 

Et qu’en est-il alors des bonbons allégés, très tendance en ce moment? “Ils sont effectivement allégés en sucre, mais l’ingrédient a été remplacé par des édulcorants. Ce n’est pas du tout l’idéal pour les enfants”, assure-t-elle. “Par contre, cela peut être une alternative pour les grands enfants que sont les parents.” 

Plein écran
Les bonbons Not Guilty contiennent autant de sucre que des bonbons classiques, mais ne présentent pas d’additifs ni de colorants. Une version plus saine! Ils sont disponibles dans les magasins Carrefour, Delhaize, Cora, et Match aux prix de vente conseillés de 1,39 euros (50g) et 2,15 euros (100g). © Not Guilty

De la qualité dans mon soulier

“Concrètement, je dirais que les fruits doivent composer la moitié du panier que vous allez offrir. On y ajoute un petit paquet de bonbons, du genre petits oursons. Attention à ne pas les choisir acidulés. Cela apporterait trop d'informations différentes aux petits”, détaille la spécialiste. “Un spéculoos artisanal, un Saint Nicolas en chocolat et une tranche de pain d’épices viennent alors compléter le paquet idéal.”